La dévaluation suffit-elle pour échapper à l’« économie de l’offre » ? - par Joe Liqueur

  • Par arsin
  • Le 20/01/2014
  • Commentaires (0)

Par Joe Liqueur sur son blog

Independance

On ne le dit sans doute pas assez, mais la (trop) fameuse « économie de l’offre » est assez incontournable dans une économie aussi extravertie que la nôtre (pour schématiser, 400 milliards d’exportation et 500 milliards d’importations, soit 20 et 25 % du PIB, ici les chiffres de 2012). Surtout quand :

-La facture énergétique atteint 70 milliards ;
-Le déficit commercial atteint bientôt 100 milliards.

C’est d’ailleurs ce que le Che semble admettre dans son dernier livre (1914-2014 – L’Europe sortie de l’histoire ?) comme dans ses récentes déclarations.

Mais de toute façon, même dans la situation de l’Allemagne, avec un excédent commercial de 200 milliards d’euros (1 100 milliards d’exportations et 900 milliards d’importations, soit 33 et 40 % du PIB, toujours pour 2012), la dépendance énergétique et la dépendance plus générale en termes de matières premières et aussi de produits manufacturés impose d’offrir le meilleur rapport qualité/prix aux clients étrangers. Quand les importations incluent des biens absolument vitaux pour l’économie et même pour la population (pensez au pétrole…), alors il faut bien maintenir le niveau des exportations afin de pouvoir payer les fournisseurs. Et tant que l’on subit cette dépendance, et tant que l’économie est à ce point extravertie, une politique commerciale plus protectionniste ne permettrait pas en elle-même de pratiquer la relance keynésienne.

Lire la suite sur le blog de Joe Liqueur

euro économie protectionnisme exportations pétrole offre indépendance chevènement énergétique

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

RETOUR A L'ACCUEIL

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site