"La neutralisation de la question de la souveraineté" par András Jakab - par Magali Pernin

  • Par arsin
  • Le 27/11/2012
  • Commentaires (0)
Par Magali Pernin, sur son blog
http://contrelacour.over-blog.fr/

image.aspx.jpg

J'abandonne aujourd'hui le terrain de l'actualité pour vous parler d'un article qui a retenu mon attention cette semaine. 
Il s'agit d'un article signé András Jakab, maitre de conférence à l'université de Liverpool, et portant le titre alléchant suivant: « La neutralisation de la question de la souveraineté: stratégies de compromis dans l'argumentation constitutionnelle sur le concept de souveraineté pour l'intégration européenne ». 
En effet, je suis perpétuellement à la recherche de qui pourra m'expliquer comment la participation de la France à l'Union européenne pourrait s'accommoder de l'article 4 de la Déclaration des Droits de l'Homme et du Citoyen (pour n'en citer qu'un) : « Le principe de toute souveraineté réside essentiellement dans la Nation. Nul corps, nul individu ne peut exercer d'autorité qui n'en émane expressément. ». 
Cet article a remporté le prix Georges Kassimatis au 7ème Congrès Mondial de l'association internationale de droit constitutionnel de 2007. Une pointure quoi. J'ai donc lu avec attention. 
L'objectif est ardu: maintenir la souveraineté des États (ou l'illusion de celle-ci) dans le cadre d'une prise commune de décision. Et si la conclusion est décevante (le contraire aurait été surprenant), l'article a au moins de mérite d'éclairer le lecteur sur les différentes acceptions du terme « souveraineté ». 
Cette idéologie, née en Occident aux 16ème et 17ème siècles du besoin de stabilité juridique, « a échangé Dieu et le droit naturel divin contre la doctrine sécularisé de la souveraineté ». Elle était alors pensée « comme tout ou rien, c'est à dire illimité ou non existante »: « il n'existe qu'un seul centre de décision qui ne peut être remis en cause, ni de l'intérieur, ni de l'extérieur ». 
Dès lors, les penseurs de l'époque se sont appliqués à apprivoiser (en réalité, à cacher) "ce concept déchainé": « s'il existait une telle compétence absolutiste, on se devait de la posséder; sinon l'ennemi allait l'utiliser contre soi ». 
En Angleterre, la solution fut trouvée dans « la formule de compromis ''King-in-Parliament'' ». Si la souveraineté était toujours indivisible et illimité, elle n'appartenait plus à une seule personne mais au Roi ainsi qu'au Parlement. 
En France, Rousseau développa l'idée de la souveraineté populaire, voyant en cette-dernière, non la volonté du Roi, mais l'expression de la volonté générale. La souveraineté a donc changé de main: du monarque, elle est désormais la propriété du peuple. 
Ainsi, selon András Jakab, la solution fut trouvée dans « la création d'un sujet abstrait, spirituel: la Nation » afin de trouver un compromis empêchant l'exercice direct du pouvoir par le peuple. 
« Puisque la Nation n'est pas une simple agrégation de citoyens, mais plutôt une entité spirituelle, ce concept implique nécessairement des solutions représentatives à l'opposé de la souveraineté populaire directement démocratique ». 
Lire la suite sur le site de Magali Pernin

SortieEuroDemocratie neutralisation intégration Européenne Union démocratie citoyen nation Etat souveraineté

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

RETOUR A L'ACCUEIL

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×