Le changement, le rassemblement...c'est pour quand ? - par Yohann Duval

  • Par arsin
  • Le 19/05/2012
  • Commentaires (0)

Par Yohann Duval, sur son blog

http://duvalyohann.over-blog.fr

Notons, dans la composition du gouvernement, la présence de Laurent Fabius qui, sans être un anti-fédéraliste, a tout de même été, quelqu'aient pu être ses motivations, un des acteurs du Non de 2005.

Jean-Marc Ayrault est le nouveau premier ministre de notre pays. Son gouvernement a été dévoilé le 16 Mai, et il faut bien reconnaître que celui-ci a quoi nous laisser dubitatifs.

 

 

gouvernementayrault.jpg

 

Bonne nouvelle : on compte désormais parmi nos ministres un certain nombre de personnes de valeur, aux profils aussi divers que ceux de Manuel Valls et d'Arnaud Montebourg. Mauvaise nouvelle : le rassemblement tant vanté s'est malheureusement arrêté aux portes du Parti. Hormis les deux verts et les deux radicaux, tous les ministres sont issus du sérail socialiste. On notera avec regret l'absence des républicains du MRC, dont les caciques du Parti Socialiste ne semblent décidément faire que peu de cas.

 

Plus dramatique que les affaires de personnes ou d'ego, on remarquera que la composition du nouveau gouvernement est dangereusement européiste. Pour lutter contre la crise en Europe, Jean-Marc Ayrault a nommé un strauss-khanien au ministère de l'économie, des finances et du commerce extérieur. Pour lutter contre les ravages de l'euro-libéralisme aveugle, il a donc choisi... un euro-libéral forcené, un authentique croisé de l'européisme, Pierre Moscovici.

 

Il suffit d'ailleurs de prendre note de ses premières déclarations, où il annonce fièrement que la France ne peut "rien faire seule" et que la politique du pays se fera "dans le plein respect des institutions européennes", pour prendre la mesure du danger, à l'heure où la Grèce et les pays du Sud n'en finissent plus de payer le prix d'une monnaie unique mal pensée. On peut également se souvenir de ce débat de 2010 à "Mots croisés" où, en parfait accord avec son collègue de l'UMP Pierre Lellouche, il dénonçait le "non-sens" des "salades souverainistes" et louait les bienfaits de "l'euro qui protège".

 

Et que dire de Michel Sapin, ministre du travail et de l'emploi mais surtout gardien du dogme, comme le prouve un édifiant entretien datant d'un an à peine. Face à Jacques Nikonoff, il nous expliquait doctement qu'il fallait toujours plus d'Europe, et que ceux qui osaient penser le contraire étaient des "hommes du passé". Le changement, c'est maintenant ?

 

On se demande finalement ce qu'est venu faire Arnaud Montebourg dans cette galère, tant le risque de devenir le "ministre des usines qui ferment" semble grand, compte tenu de l'orientation annoncée. Mais ne soyons pas défaitistes. D'ici au mois de Juin, il nous reste une arme pour tenter de rééquilibrer la balance : notre bulletin de vote. Ne laissons pas passer notre chance !

 

 


 

Pour suivre le fil de ma campagne pour les législatives : http://www.duval2012.fr/

Ou sur Facebook :  http://www.facebook.com/duval2012

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

RETOUR A L'ACCUEIL

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×