Le choix de François Hollande - par Jacques Sapir

  • Par arsin
  • Le 05/11/2013
  • Commentaires (0)

Par Jacques Sapir, sur son blog

Commentaire de Pablito Waal : je peux comprendre le respect que la personne et le parcours de J-P. Chevènement inspirent à Jacques Sapir. Mais, outre le fait que je doute qu'une majorité de français pensent encore à l'ancien ministre, le désistement récent du "Lion de Belfort" au profit de F.Hollande, en 2012, sans même tenter une candidature de témoignage pour présenter ses analyses et son projet aux Français pendant la présidentielle, réduisent à mes yeux l'autorité morale qu'on peut lui prêter. Et quand bien même J-P.Chevènement arriverait à Matignon, aurait-il les moyens politiques d'entamer la sortie de l'euro (vers le franc seul ou l'euro "monnaie commune") que J.Sapir comme moi-même appellons de nos voeux?

Côte des bonnes et des mauvaises opinions de François Hollande Cotes popu FH

Source : Sondage BVA et Express

Le gouvernement français vient donc d’être contraint à deux reculs, l’un sur la taxation rétroactive des revenus de l’épargne et l’autre sur l’écotaxe. Ces deux mesures ont cristallisé un mécontentement latent et le recul sur l’écotaxe est particulièrement symbolique. Il s’est fait dans des conditions politiques très dégradées. Mais ce recul ne change rien aux problèmes de la Bretagne. On voit bien comment l’Euro, mais aussi les différentes réglementations européennes ruinent l’économie de cette région et de la France en général. On le voit une nouvelle fois avec les problèmes des abattoirs, de sociétés comme Doux et Gad. Un nouvel exemple est donné par l’usine Tilly-Sabco de Guerlesquin (Finistère). La production de poulets entiers devrait s’y arrêter en janvier 2014. Ce volailler est en réalité numéro 2 européen ; c’est donc une entreprise importante. Les exportations y représentent 90 % de la production. Mais avec un Euro fort, la concurrence des pays émergents et la suppression des aides européennes, cette entreprise accumule les pertes, ce qui a contraint le directeur à annoncer la suspension de l’activité.

Les raisons d'une reculade

Les raisons de cette reculade sont multiples. La première est politique. Jamais la popularité de François Hollande n’aura été aussi basse. C’est à un effondrement auquel on assiste, un effondrement sans précédent dans la Vème République. Le mouvement social qui couvait en Bretagne menaçait de faire tache d’huile, et aurait pu conduire à un embrasement généralisé.

C’est à une situation sans précédent à laquelle on est aujourd’hui confronté. L’impopularité du Président, comme celle du gouvernement, restreint drastiquement ses marges de manœuvres. Dès qu’il est, ou qu’il sera, confronté à des mouvements d’opposition un tant soit peu virulents il n’aura plus d’autres solutions que de reculer. Il en donne l’exemple sur la Bretagne et sur les mesures fiscales qu’il souhaitait prendre, mais ce faisant il envoie aussi un signal à tous les groupes de pression. Ce n’est pas la « fermeté » dont il a fait preuve le 31 octobre devant les dirigeants des clubs de football français qui pourra y changer quoi que ce soit.

Lire la suite sur le blog de Jacques Sapir

Hollande euro premier ministre gouvernement crise popularité choix chevènement remaniement

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

RETOUR A L'ACCUEIL

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×