Le désastre de l'euro : c'est la faute à la Suisse - par Edgar

  • Par arsin
  • Le 18/10/2012
  • Commentaires (0)

Par Edgar, sur son blog

http://www.lalettrevolee.net

C'est assez pathétique. Les partisans de l'état-nation européen affirment sans cesse que la France est bien trop petite pour se débrouiller seule dans le vaste monde.

Cela ne les empêche pas maintenant d'expliquer que les malheurs de l'euro sont dus...à la Suisse !

c'est l'objet d'un article de Daniel Gros, patron du think tank Centre for European Policy Studies. Il ne craint pas de titrer sur "une guerre monétaire passée inaperçue" (article en anglais).

L'auteur montre que, en effet, la Suisse achète énormément d'euro pour essayer de maintenir le Franc suisse à des niveaux raisonnables (oui, avec le Rwanda, la Suisse est l'un des pays qui utilisent encore un Franc pour commercer).

La Suisse, ce pays qui a oublié de se rendre compte qu'il est trop petit pour exister, est en effet confrontée à un afflux de capitaux quittant la zone euro vers une zone économique plus performante. Et cela renchérit le franc suisse et risquerait de couler l'industrie locale.

Donc logiquement en effet, la Suisse est l'un des plus gros détenteurs d'euros. Selon les estimations de Daniel Gros, la Banque nationale Suisse a acheté, dans les trois dernières années, 170 milliards d'euros contre 270 pour la Chine. Gros estime que de tels achats passeraient, venant d'un autre pays, pour une "guerre commerciale".

Le reste de l'article est à l'avenant, qui essaie de nous faire accroire que la Suisse pèse dangereusement sur l'économie de la zone euro.

Faut-il que les eurocrates et leurs satellites soient aux abois pour recourir à des arguments aussi désespérés ?

Voilà que la zone euro, cette invincible armada censée nous sauver de la mondialisation, vacillerait à cause d'un pays de huit millions d'habitants (merci aux commentateurs de ne pas traiter la Suisse de paradis fiscal, le Luxembourg en est un bien plus important).

En maintenant le franc suisse "artificiellement" bas, la Suisse concurrencerait déloyalement la valeureuse zone euro, presque autant que la Chine selon Gros. L'argument ne vaut rien.

Autant la Chine a les moyens de concurrencer par ses productions, en quantité et en qualité, l'ensemble de la zone euro, autant la Suisse ne fait que protéger son industrie contre une hausse du franc suisse due à des turbulences monétaires. Et l'industrie suisse serait bien en peine de prendre, au niveau mondial, plus que quelques centièmes de part de marché à la zone euro, faute de capacités de production.

Gros reste d'ailleurs dans un grand flou artistique lorsqu'il s'agit d'évaluer le coût de la concurrence suisse pour la zone euro : "Switzerland’s peg to the euro has thus made the intra-EZ adjustment (elimination of current-account deficit in the south combined with lower surpluses in the North) significantly more difficult." ("l'arrimage du Franc suisse à l'euro a accru les difficultés d'ajustement au sein de la zone euro (rééquilibrage des balances commerciales déficitaires au sud avec les excédents du Nord) de façon très sensible". Merci pour la précision.

*

On remarque au passage que, lorsqu'il s'agit de pointer les travers de la Suisse (de trouver un bouc émissaire en réalité), les difficultés de la zone euro viennent des balances commerciales et des questions de parité monétaire.

Pourquoi alors Gros ne se demande-t-il pas pourquoi l'euro est surévalué en permanence de 30% par rapport au dollar ? Pourquoi n'écrit-il pas que nous ne sommes pas dans une crise de la dette publique mais dans un problème d'ajustement entre monnaies (rendu impossible par l'euro, entre pays membres) ?

Parce qu'il ne s'agit pas de comprendre, mais d'enfumer. Gros ne cherche pas à décrire l'ensemble des désordres monétaires dont souffre la zone euro, il cherche à pointer la Suisse du doigt.

Plutôt que de crier haro sur les suisses, le lecteur préfèrera conclure qu'un pays de huit milliions d'habitant non affligé de la fièvre nationaliste européenne, peut parfaitement se débrouiller, seul, dans la mondialisation.

Sacré hommage du dogmatisme européen au réalisme suisse.

Union Européenne souveraineté euro monnaie BCE Suisse guerre dogmatisme réalisme

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

RETOUR A L'ACCUEIL

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site