Le mille-feuilles: un gâteau qui n'est pas à la portée de n'importe quel pâtissier - par Descartes

  • Par arsin
  • Le 08/06/2014
  • Commentaires (0)

Par Descartes, sur son blog

http://static.lexpress.fr/medias_9593/w_1019,h_443,c_crop,x_0,y_27/w_605,h_270,c_fill,g_north/france-regions-ok_4911831.jpg

Les barbares sont à nos portes. Je ne parle bien entendu pas du FN, pas plus que des islamistes et autres intégristes de tout poil. Non. Nous sommes menacés par une barbarie bien plus insidieuse mais beaucoup plus dangereuse. Celle qui dérive de la superficialité et de l’ignorance de nos soi-disant « élites » (1). Bien entendu, on a tous tendance l’âge aidant à tomber dans le travers du « c’était mieux avant ». Je ne sais pas. Peut-être que les politiciens et les « maîtres à penser » de la génération précédente n’étaient finalement pas plus savants que ceux d’aujourd’hui. Mais en tout cas, ils faisaient au moins un petit effort pour cacher leur inculture.

Vous voulez une illustration ? Et bien… prenons l’intervention d’André Vallini, qui assume les hautes fonctions de secrétaire d’Etat à la réforme territoriale, à faite dans la matinale de France Inter mercredi dernier. Répondant au démographe Hervé Le Bras qui lui signalait combien la réforme proposée par François Hollande faisait violence aux hiérarchies démographiques et urbaines, Vallini eut ce mot – que je cite de mémoire : « la démographie, l’histoire, c’est très joli, mais moi le passé ne m’intéresse pas, moi je m’occupe de la France du XXIème siècle ».

Comment un homme politique qui prétend réformer la manière dont le territoire français est organisé peut dire pareille chose ? Comment pourrait-on imaginer un instant qu’on puisse imposer à la France une organisation territoriale en faisant abstraction de la longue histoire qui, de la romanité au moyen-âge, de la renaissance à la Révolution, de l’Empire à la troisième République, de la Libération au traité de Lisbonne, ont façonné nos territoires et les institutions qui leur sont attachées ? La remarque de Vallini, c’est l’idée que l’on peut ignorer tout ce qui s’est passé avant nous ou, pour le dire autrement, que l’histoire commence avec nous. C’est là le début de la véritable barbarie.

Lire la suite sur le blog de Descartes

Hollande réforme économie régions Nord département commune Alsace bretagne territoriale millefeuille Poitou Pays de la Loire Lorraine proximité

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

RETOUR A L'ACCUEIL

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×