Le Monde comme il va - par l'Association pour une Constituante

  • Par arsin
  • Le 11/12/2013
  • Commentaires (0)

Par Fernand Comte, sur le site de l'Association pour une Constituante

« Vers une civilisation du loisir » disait Joffre Dumazedier en 1962 et il a publié, avec la collaboration de ses étudiants, un livre portant ce titre. C’était, pensait-il, prémonitoire : de moins en moins de travail, de plus en plus de loisir. On trouve quelque chose de ce constat dans les conclusions de la fameuse réunion des grands décideurs du monde à la fondation Gorbatchev de San Francisco en 1995 : ils ont en effet constaté l’arrivée de la dénommée Société 20:80, celle dans laquelle le travail de 20 % de la population mondiale sera suffisant pour soutenir la totalité de l’appareil économique de la planète. 80 % de la population restante ainsi s’avérera superflu, ne disposera pas de travail ni d’occasions d’aucun type et nourrira une frustration croissante. 80 % de la population au chômage ! Tout un programme !

La conclusion de Joffre Dumazedier, bien sûr, était totalement différente. Il y voyait surtout l’occasion d’un développement extrêmement important du loisir, avec naturellement partage du travail et non accaparement de celui-ci par le petit nombre. Je me souviens qu’il m’avait dit un jour : « Toi et moi, nous sommes des privilégiés parce que nous faisons un travail qui nous plaît. Mais une très grosse partie de la population ne voit dans le travail que le moyen de gagner sa vie. C’est pour eux surtout une contrainte. »

Et de réfléchir sur les moyens de donner au loisir toute son ampleur. Ainsi parlait-il des trois D : Le délassement qui délivre de la fatigue, le divertissement qui délivre surtout de l’ennui et répond à un besoin de rupture avec l’univers quotidien, enfin le développement de la personnalité et son épanouissement dans un style de vie personnel et social. Un tout autre programme !

Il est vrai que nous étions pendant les trente glorieuses. Entre autres, les grandes grèves de 1936 avaient permis les conventions collectives, la semaine de 40 heures et les 15 jours de congés payés. Et puis le Conseil National de la Résistance, dans lequel le patronat trop compromis avec l’adversaire vaincu n’avait eu que peu d’influence, avait décidé la nationalisation de l’électricité, du gaz et des grandes compagnies d’assurances et surtout la généralisation de la Sécurité sociale et de la retraite des vieux. On peut dire qu’il s’agissait de véritables victoires pour la vie en commun.

Lire la suite sur le site de l'Association pour une Constituante

profit développement travail societé social sécurité chômage loisir conquête délassement

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

RETOUR A L'ACCUEIL

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×