Le souverainisme dans tous ses états - par Joe Liqueur

  • Par arsin
  • Le 13/01/2014
  • Commentaires (0)

Par Joe Liqueur, sur son blog

Voici le retour de Joe Liqueur avec un nouveau blog !

Lisons Christophe Beaudoin – mais alors, de près.

"Ce n’est donc plus seulement un combat pour rendre au peuple sa souveraineté, c’est un programme pour le réenracinement du monde qu’il faut porter." Attends, euh…« Ce n’est donc plus seulement un combat pour rendre au peuple sa souveraineté, c’est un programme pour le réenracinement du monde qu’il faut porter. » Ah merde.

« Prisonniers de dogmes qu’ils savaient périmés, de programmes qu’ils avaient renoncé à réaliser, les grands partis unissaient fallacieusement des hommes qui, sur les problèmes du moment – on le vit bien après Munich -, s’étaient formé les opinions les plus opposées. Ils en séparaient d’autres, qui pensaient exactement de même. »
Marc Bloch, L’étrange défaite, juillet-septembre 1940

De même que je refuse de ne pas dire une chose que je crois parce que les extrêmes le disent, de même, je refuse de ne pas dire une chose que je crois parce que les partis que je combats le disent aussi.
Laurent Pinsolle, dans son billet d’aujourd’hui

Au premier abord, on peut trouver sympathique le souverainisme de Christophe Beaudoin. Si on lit très vite…

Hélas… le citoyen Beaudoin reprend ici – sans le préciser explicitement, mais il cite Michéa et se méfie du « progressisme »… – le concept de « libéral-libertarisme » dont j’ai déjà dit à maintes reprises tout le mal que je pensais (ou alors il faudrait parler de libertarianisme, un courant assez confidentiel en France mais actif dans les pays anglo-saxons). Il semble d’ailleurs que Nouvelles de France (à qui cet entretien était accordé) soit une publication passablement réactionnaire sur le plan sociétal (le mot est faible)… allant jusqu’à soutenir la nouvelle loi espagnole sur l’avortement, par exemple. [1]

Que les gens de Nouvelles de France se rassurent un peu, le parlement européen vient de se prononcer contre un droit européen à l’avortement.

Il y a des moments où le discours de Beaudoin devient quelque peu inquiétant. Ces « valeurs de la modernité » (« pluralisme, tolérance, nomadisme, ouverture ») seraient-elles incompatibles avec la démocratie et avec la souveraineté du peuple français ? Faudrait-il s’en méfier voire les rejeter ?? Il est flippant, là, le mec – de même quand il évoque sur un ton quelque peu suspicieux les « droits de l’homme mondialisés » ou l’idéal kantien ; comment dire…

On ne voit pas non plus ce que « l’orgueil prométhéen » vient faire dans cette histoire. Je pense que Beaudoin fait ici un vrai contresens : la dictature économique fallacieusement baptisée « Union européenne » est tout à fait incompatible avec le prométhéisme… et avec le progressisme (au moins au sens économique du terme). Vu que le marché, s’il a une « main invisible », est dépourvu de cerveau donc de toute volonté et de tout projet – c’est bien le problème que pose le fondamentalisme nihiliste néolibéral !

On saisit beaucoup mieux l’approche de Christophe Beaudoin quand on arrive à la fin de l’entretien, avec ce passage :

Lire la suite sur le blog de Joe Liqueur

nation Europe France souverainisme

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

RETOUR A L'ACCUEIL

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×