Le suffrage universel, "Cette institution fondamentale de la liberté démocratique" ! - par Darthe-Payan

  • Par arsin
  • Le 08/04/2012
  • Commentaires (0)

Par Darthe-Payan le Jacobin, sur son blog

http://darthe-payan-lejacobin.over-blog.com

 

A trois semaines du premier tour de l'élection présidentielle, alors que beaucoup de nos concitoyens ne se sentent absolument pas convaincus  par les dix candidats en lice et  qu'une forte abstention (32 %) est annoncée si l'on en croit les Instituts de sondages et  bien,  je vous propose de mettre en Une de ce blog, l'excellent discours de Léon Gambetta, prononcé en 1877, à propos du suffrage universel.


  Léon Gambetta (1838-1882) est né à Cahors (Lot). Avocat de Profession, il entre en politique et se lie avec Adolphe Crémieux dont il sera le collaborateur puis Clément Laurier et Jules Ferry. Il fut un  grand politique et un grand homme d'Etat,  fervent et ardent républicain et laïc, grand patriote, partisan de la République souveraine qui émancipe, des libertés publiques, de la séparation de l'église et de l'Etat. Il proclame le retour de la République en 1871 alors qu'il siège comme Ministre de l'Intérieur du Gouvernement de Défense nationale. Gambetta fût membre de l'Union Républicaine et grand promoteur du suffrage universel et de l'implication du citoyen souverain. Ce Franc-Maçon sera élu parlementaire et deviendra Président de la Chambre des Députés. Sous la Présidence de Jules Grèvy, il deviendra Président du Conseil et Ministre des Affaires Étrangères. Ce sera le "Grand Ministère". Durant cette période, il fera avancer les valeurs et principes républicains et laïcs notamment avec Jules Ferry et proposera de réformer  le mode de scrutin au suffrage universel et de l'inscrire dans la Loi Constitutionnelle. Son projet sera repoussé et entraînera la chute de son gouvernement en 1882. Il décédera quelques temps après.

 

Le 11 novembre 1920, son cœur est transféré au Panthéon. Il repose dans une urne placée dans l'escalier qui descend à la crypte.

 

 

Maintenant, je vais vous laisser lire l'excellent discours que j'ai récolté auprès  de l'Assemblée nationale dont je remercie les archivistes qui sont les gardiens fidèles et méticuleux de la mémoire républicaine et parlementaire de notre pays. Je vous reccommande également, l'excellente biographie de Léon Gambetta : "Léon Gambetta, La Patrie et la République" Jean-Marie Mayeur publiée aux Editions Fayard.

 

Bonne lecture.

 

Salut et Fraternité.

 

 

_____________________________________________________________________________

 

 

 

Léon Gambetta

Le suffrage universel, « Cette institution fondamentale de la liberté démocratique »

 

Discours au Cirque du Château d'Eau, Paris : 9 octobre 1877
 

 

Pendant la crise du seize mai, Gambetta consacre son dernier grand discours avant le scrutin à l'exaltation du suffrage universel.

L'année suivante, après le dénouement il déclare : « II nous appartient aujourd'hui de remplacer la force par le calcul parce que nous sommes en possession  d'un instrument souverain qui manquait à nos pères : la nation consultée par le suffrage universel (Applaudissements et acclamations prolongées.) ... Lorsqu'il y a sept ans, il nous donnait tort, l'avons-nous attaqué, nous sommes-nous retournés contre lui ? Non. J'ai dit à ce moment, et je tiens à le répéter, que c'est à lui qu'il fallait s'adresser en parcourant la France, en visitant jusqu'à ses hameaux pour faire pénétrer au fond des âmes les véritables principes restaurateurs et réparateurs de la patrie, et j'ajoutais qu'un jour viendrait où ce suffrage universel, qui s'était prononcé dans un jour de malheur ... remettrait tout en place, nous reporterait aux affaires et dans des conditions qui ne permettraient à personne de contester vos titres, d'entraver votre action sous peine d'être des factieux que la loi atteindrait ».

Gambetta considère le suffrage universel comme une loi fondamentale de la démocratie non liée à des conditions. Aussi déclare-t-il devant la Ligue de l'Enseignement : « Oui, le suffrage universel est le droit, il est le droit en exercice et il ne faudrait pas laisser dire un seul instant que son principe ou sa valeur peuvent dépendre de l'état intellectuel de tout un peuple car, cet état intellectuel, nul n'est en possession de le mesurer. Ce qu'il faut dire aux âmes passionnées comme la vôtre, ce qu'il faut leur demander, c'est de fonder des écoles, d'ouvrir des cours et des conférences, de rapprocher les hommes par l'instruction, afin d'éclairer chaque jour davantage le suffrage universel ».

Au cœur de la crise, il lie la défense des institutions républicaines à l'existence du suffrage universel.

_______________________

Je dis que ce qui est en jeu dans les élections actuelles, c'est l'existence même du suffrage universel. En effet, mes chers concitoyens, qu'adviendrait-il, je vous le demande, quand ce suffrage s'est prononcé il y a seize mois à peine dans la plénitude de sa puissance et de sa volonté, en choisissant, arrondissement par arrondissement, une immense majorité de représentants républicains chargés de défendre, d'organiser, de développer la République, qu'adviendrait-il si, à quelques mois de distance, sous l'effort d'une pression administrative, sous l'influence de la peur et de l'intimidation, par l'effet d'une corruption habilement organisée, il pouvait se faire que ce suffrage se donnât à lui-même un démenti formel ? A l'instant même ses adversaires voudraient lui retirer l'existence juridique et légale ; ils lui diraient : Arrière, peuple ! reviens à la servitude, puisque tu tiens à te donner des maîtres, alors que tu as la toute-puissance qui maintenant te sera enlevée à jamais ! (Salve d'applaudissements.)

Messieurs, c'est pourtant là ce qu'on attend, ce qu'on espère. Et qui a conçu de telles espérances ? Disons-le, ce sont les hommes qui sont au pouvoir, comme ceux qui se tiennent dans l'ombre, derrière le pouvoir, pour l'inspirer et le guider. Tous ces hommes n'ont jamais abdiqué leur aversion profonde, leur haine systématique du suffrage universel ; ils n'ont jamais abjuré cette détestation de l'égalité politique conférée à tous et à chacun par le droit de suffrage, base inébranlable de la démocratie, cause efficiente et génératrice, perpétuellement génératrice de la république.

Aussi, Messieurs, ceux qui ont voué de tout temps une haine acharnée au suffrage universel au lendemain de nos désastres, quand ils ont trouvé le suffrage universel désemparé pour s'être porté à lui-même des coups terribles, ayant, en votant des plébiscites successifs, mis en question sa propre valeur et sa haute efficacité, qu'ont-ils fait ? Ils ont essayé de porter la main sur cette institution fondamentale de la liberté démocratique de France. Mais ils ont reculé : la résistance qu'ils ont rencontrée était trop forte. Depuis vingt-neuf ans attachés à ce symbole évident de leur souveraineté légale, le paysan, l'ouvrier, le bourgeois, le prolétaire, tous étaient prêts à défendre le suffrage universel.

Ne pouvant ni l'enlever ni le restreindre, on a cherché à tourner l'obstacle ; c'est alors que l'on a proposé de reculer la majorité politique, de rendre très difficile l'inscription électorale ; on a cherché à expulser du grand corps politique du suffrage universel deux, trois, quatre, cinq générations, dans l'espoir de le modifier avec avantage.

On n'y est pas parvenu, mais la pensée persiste. Et, en effet, si ce suffrage universel, qui chaque jour se mûrit, chaque jour devient plus éclairé et plus sage, qui chaque jour s'instruit et se développe, arrive à se reconnaître pleinement lui-même d'un bout de la France à l'autre, que pèseront les mesquines intrigues, les tentatives d'une minorité dont les prétentions hautement affichées ne suffisent pas à masquer la complète impuissance ? Qu'arrivera-t-il lorsque toute la France sera d'un côté... et tous ces infatués petits-maîtres de l'autre ? (Nouvelle approbation.)

Aussi, Messieurs, soyez sûrs que telle était bien la pensée des hommes du seize mai, lorsque cette tentative de consultation du suffrage universel est si brusquement intervenue, a été si brusquement provoquée ; les causes secrètes de cet acte inattendu ont été heureusement expliquées, mais les prétextes apparents étaient de nature à tromper le sentiment public, – soyez sûrs qu'à l'heure où la dissolution a été prononcée, soyez sûrs que l'on cherchait à obtenir du suffrage universel, non pas seulement le désaveu de ses actes antérieurs, mais sa propre condamnation définitive, prononcée par la plus haute autorité qu'il y ait dans ce pays, par le suffrage universel lui-même.

Aujourd'hui, citoyens, si le suffrage universel se déjugeait, c'en serait fait, croyez-le bien, de l'ordre en France, car l'ordre vrai – cet ordre profond et durable que j'ai appelé l'ordre républicain – ne peut en effet exister, être protégé, défendu, assuré, qu'au nom de la majorité qui s'exprime par le suffrage universel. (Très bien ! très bien ! - Bravo ! bravo !)

Et si l'on pouvait désorganiser ce mécanisme supérieur de l'ordre, le suffrage universel, qu'arriverait-il ? Il arriverait, Messieurs, que les minorités pèseraient autant que les majorités ; il arriverait que tel qui se prétendait investi d'une mission en dehors de la nation, d'une mission que l'on qualifierait de providentielle, en dehors et au-dessus de la raison publique, que celui-là irait jusqu'au bout, puisqu'on lui aurait donné la permission de tout faire jusqu'au bout...

Mais, Messieurs, il n'est pas nécessaire, heureusement, de défendre le suffrage universel devant le parti républi­cain qui en a fait son principe, devant cette grande démocratie dont tous les jours l'Europe admire et constate la sagesse et la prévoyance, à laquelle, tous les jours, de tous les points de l'univers, arrivent les sympathies éclatantes de tout ce qu'il y a de plus éminent dans les pays civilisés du monde. Aussi bien, je ne présente pas la défense du suffrage universel pour les républicains, pour les démocrates purs ; je parle pour ceux qui, parmi les conservateurs, ont quelque souci de la modération pratiquée avec persévérance dans la vie publique. Je leur dis, à ceux-là : Comment ne voyez-vous pas qu'avec le suffrage universel, si on le laisse librement fonctionner, si on respecte, quand il s'est prononcé, son indépendance et l'autorité de ses décisions, – comment ne voyez-vous pas, dis-je, que vous avez là un moyen de terminer pacifiquement tous les conflits, de dénouer toutes les crises, et que, si le suffrage universel fonctionne dans la plénitude de sa souveraineté, il n'y a plus de révolution possible, parce qu'il n'y a plus de révolution à tenter, plus de coup d'État à redouter quand la France a parlé ? (Très bien ! très bien ! Applaudissements.)

C'est là, Messieurs, ce que les conservateurs, c'est là ce que les hommes qui, les uns de bonne foi, les autres par entraînement et par passion, préfèrent le principe d'autorité au principe de liberté, devraient se dire et se répéter tous les jours.

C'est que, pour notre société, arrachée pour toujours – entendez-le bien – au sol de l'ancien régime, pour notre société passionnément égalitaire et démocratique, pour notre société qu'on ne fera pas renoncer aux conquêtes de 1789, sanctionnées par la Révolution française, il n'y a pas véritablement, il ne peut plus y avoir de stabilité, d'ordre, de prospérité, de légalité, de pouvoir fort et respecté, de lois majestueusement établies, en dehors de ce suffrage universel dont quelques esprits timides ont l'horreur et la terreur, et, sans pouvoir y réussir, cherchent à restreindre l'efficacité souveraine et la force toute puissante. Ceux qui raisonnent et qui agissent ainsi sont des conservateurs aveugles ; mais je les adjure de réfléchir ; je les adjure, à la veille de ce scrutin solennel du 14 octobre 1877, de rentrer en eux-mêmes, et je leur demande si le spectacle de ces cinq mois d'angoisses si noblement supportées, au milieu de l'interruption des affaires, de la crise économique qui sévit sur le pays par suite de l'incertitude et du trouble jetés dans les négociations par l'acte subit du seize mai, je leur demande si le spectacle de ce peuple, calme, tranquille, qui n'attend avec cette patience admirable que parce qu'il sait qu'il y a une échéance fixe pour l'exercice de sa souveraineté, n'est pas la preuve la plus éclatante, la démonstration la plus irréfragable que les crises, même les plus violentes, peuvent se dénouer honorablement, pacifiquement, tranquillement, à la condition de maintenir la souveraineté et l'autorité du suffrage universel. (Profond mouvement.)

Je vous le demande, Messieurs : est-ce que les cinq mois que nous venons de passer auraient pu maintenir l'union, l'ordre, la concorde, l'espérance et la sagesse, laisser à chacun la force d'âme nécessaire pour ne pas céder à la colère, à l'indignation, aux mouvements impétueux de son cœur, si chacun n'avait pas eu la certitude que le 14 octobre il y aurait un juge, et que, lorsque ce juge se serait exprimé, il n'y aurait plus de résistance possible ?... (Vive approbation et bravos prolongés.)

C'est grâce au fonctionnement du suffrage universel, qui permet aux plus humbles, aux plus modestes dans la famille française, de se pénétrer des questions, de s'en enquérir, de les discuter, de devenir véritablement une partie prenante, une partie solidaire dans la société moderne ; c'est parce que ce suffrage fournit l'occasion, une excitation à s'occuper de politique, que tous les conservateurs de la République devraient y tenir comme à un instrument de liberté, de progrès, d'apaisement, de concorde. C'est le suffrage universel qui réunit et qui groupe les forces du peuple tout entier, sans distinction de classes ni de nuances dans les opinions.

 

__________________________

 

http://www.assemblee-nationale.fr/

 

 

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

RETOUR A L'ACCUEIL

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site