Les allemands renvoient dos-à-dos Sarkozy et Hollande : Changer les statuts de la BCE ? Ce sera NEIN ! - par François Asselineau et l'UPR

  • Par arsin
  • Le 16/04/2012
  • Commentaires (0)

Par François Asselineau, sur Agoravox


http://4.bp.blogspot.com/_JUSfaHCfsVw/TI_PVvcoQcI/AAAAAAAAAKo/_5hGeVt4x1U/s1600/comeagain.jpg

Bien que François Asselineau ne soit pas (encore?) partenaire de l'ARSIN, il serait difficile de ne pas mentionner ce texte très instructif du président de l'UPR sur ce qui attend les vaillants réformateurs français de l'UE et de l'eurozone...

Le gouvernement allemand vient d'exprimer sa « conviction profonde que la BCE exerce son mandat de manière totalement indépendante de la politique ». M. Steffen Seibert, porte-parole de la chancelière Angela Merkel, a précisé que « cette conviction est connue à Paris ».

Cette déclaration solennelle des autorités de Berlin coupe ainsi court immédiatement à la fois :

  1. à la déclaration de Nicolas Sarkozy, qui a lancé hier dimanche 15 avril place de la Concorde, qu'il souhaitait, une fois réélu, rouvrir le débat sur la Banque centrale européenne et son rôle dans le soutien de la croissance en Europe.
     
  2. et à la même idée, déjà évoquée avant lui, par François Hollande.

M. Seibert a d'ailleurs laissé entendre qu'il s'agissait d'un débat archi-connu et tranché depuis belle lurette, puisqu'il a précisé que « l'Allemagne et la France avaient toutes les deux à cœur une croissance pérenne en Europe. Nous sommes d'accord avec le gouvernement français sur les objectifs. » Ce sont les termes diplomatiques déjà maintes fois utilisés en pareille circonstance, et notamment lors du précédent de 1997.

La suite sur Agoravox.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

RETOUR A L'ACCUEIL

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×