Les bretons divisent - articles d'Edgar et de Descartes

  • Par arsin
  • Le 22/11/2013
  • Commentaires (0)

Commentaire de Pablito Waal : je ne partage ni le mépris de Descartes pour la "révolte bretonne" (bretonne parce qu'elle est en Bretagne, certes, mais qui ne rassemble certainement pas tous les bretons), ni l'enthousiasme d'Edgar et Emmanuel Todd en faveur des bonnets rouges. La raison étant dans un article que je consacrerai prochainement à la question fiscale.

Todd et la "révolte bretonne" - par Edgar

Ils ont des chapeaux ronds, à bas les bretons ! - par Descartes

(Titre provocateur, ne vous en irritez pas outre mesure, amis bretons...)

Todd et la "révolte bretonne" - par Edgar

Entretien passionnant avec Emmanuel Todd dans le Marianne d'hier.

L'impression qu'il me donne est que, ayant rompu avec l'idée que l'Union européenne est réformable, il n'est plus obligé de se raccrocher à des branches improbables, genre hollandisme révolutionnaire. Il redevient très bon et beaucoup plus pertinent.

Quelques lignes tirées de cet entretien donc :

"ce que montre paradoxalement la révolte bretonne, c'est à quel point le FN, parce qu'il divise les français, est une aide au système, fait partie du système. Quand le FN n'existe pas [il est faible en Bretagne], la société a la cohésion nécessaire à la révolte."

Lire la suite sur le blog d'Edgar

 

Ils ont des chapeaux ronds, à bas les bretons ! - par Descartes

Où sont nos chiens de garde ? Vous savez, ceux qui traquent la moindre expression sexiste chez Zemmour, la moindre pétition chez Beigbeder, la moindre expression raciste ou sur Taubira. Manifestement, ce qu’on a convenu d’appeler « la révolte bretonne » ne les intéresse pas. Et pourtant, ce ne sont pas les expressions de haine ou de mépris de l’autre qui ont manqué à Quimper comme à Carhaix. Mais il est vrai que nos chiens de garde ont les yeux de Chimène lorsqu’il s’agit de la défense des « identités régionales ». Lorsque Christian Troadec parle avec mépris de ces élus bretons qui « pensent comme des parisiens », personne ne semble réagir. On n’imagine pas ce qui se serait dit si l’apostrophe avait concerné les Roms ou les Maliens… La Bretagne souffre, c’est entendu. Mais pas plus que le Nord-Pas de Calais, la Lorraine, le Languedoc-Roussillon ou la France-Comté. En fait, elle souffre moins : le chômage est plus important dans toutes ces régions que dans la péninsule armoricaine. Alors, pourquoi tout ce tintamarre ?

Lire la suite sur le blog de Descartes

jacobinisme Paris investissement révolte rouge indépendance Todd régionalisme écotaxe bretagne bonnet

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

RETOUR A L'ACCUEIL

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site