Manuel Valls insulte la France

  • Par arsin
  • Le 20/07/2014
  • Commentaires (0)

Voir la vidéo sur :

http://www.francetvinfo.fr/france/video-oui-la-france-etait-a-vichy-dit-valls-a-la-commemoration-de-la-rafle-du-vel-d-hiv_651851.html

Aujourd'hui, "notre" premier ministre, Manuel Valls, s'est permis de dire, dans un discours commémorant la rafle du Vel d'Hiv', ces propos :

"Oui, la France était à Vichy."

Ou, plus précisément, dans le contexte :

"Oui, la France était à Vichy. Et elle était à Paris. Là, des gens, des personnages hargneux, animés des pires préjugés théorisaient la supériorité de certains hommes sur d'autres hommes, et appelaient à la 'haine du juif'. Ils croyaient en une patrie pure, purifiée, fantasmée, en la prétendue nécessité de la régénérer et de chasser les ennemis qui se cachaient en son sein."

Donc le premier ministre que la France ne mérite pas a pris position dans cette polémique : Vichy, était-ce la France ou pas ? Pour les naïfs, il ne s'agit pas de nier que cette ville se situe en France. Ni que le régime de fait qui a sévit entre Juillet 1940 et la Libération n'était pas composé de français. La question est : "La Nation française porte-t-elle la responsabilité de l'existence, ainsi que des méfaits, de ce régime ?". Sur l'Arsin.fr, nous avons déjà répondu avec cet article.

En disant "Oui, la France était à Vichy", Manuel Valls prend une position. Elle est injurieuse pour notre pays.

Injurieuse parce que fausse. "La France" n'a pas commandité de politique antisémite, ni exécutée celle-ci. Des français, arrivés au pouvoir dans des circonstances dramatiques pour le pays, et qui n'auraient eu aucune chance de l'être dans des conditions démocratiques normales (ou du moins ouvertes et sincères), ont créé ce régime, ont collaboré avec l'occupant à qui ils devaient leur pouvoir, et ont parfois devancé ses demandes.

Alors, certes, on pourra nous rappeler la suite du discours de l'hôte (occupant?) de Matignon : "Mais, au milieu de l'horreur il y eut la dignité. Au milieu du déshonneur, il y eut la grandeur, a-t-il poursuivi. Car la France elle était aussi à Londres incarnée par De Gaulle. Elle était en Outre-Mer. Elle s'était surtout abritée dans les cœurs des résistants, dans les cœurs des Justes".

Le problème est qu'on n'efface pas une insulte par quelques boniments, furent-ils immédiats. Si Valls dit que la France était à Vichy, puis aussitôt qu'elle était à Londres, alors "la France" ne signifie rien dans son discours. Du point de vue de l'Histoire culturelle, ou anthropologique, la France peut être vue comme une agglomération d'êtres humains, ayant des éléments biographiques en commun, et ayant agi et vécu à Vichy, Londres ou Paris. Mais ce n'est pas ce qui nous intéresse ici. Du point de vue de l'histoire politique, ce qui nous concerne ici, la France doit être vue comme une force agissante. Et, puisque nous parlons d'un pays qui, en 1940, avait déjà connu des expériences démocratiques, parler de "la France" et de ses actions, c'est parler de la responsabilité des Français en tant que peuple. Sur Vichy, il n'y a pas de débat : la responsabilité du peuple français est quasi-nulle. Par comparaison, celle du peuple allemand sur le Troisième Reich est énorme.

Dans ce contexte, dire "la France était à Vichy", c'est vouloir nous faire porter, en tant que nation, une responsabilité sur la Shoah, entre autres. Répétons-le : c'est une insulte, et évoquer ensuite De Gaulle et les Justes n'y retire rien.

Valls France De Gaulle Paris Vichy responsabilité Shoah manuel Juif Londres

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

RETOUR A L'ACCUEIL

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site