Mélenchon défendra l'euro jusqu'au dernier neurone - par Edgar

  • Par arsin
  • Le 16/10/2012
  • Commentaires (0)

Par Edgar, sur son blog

http://www.lalettrevolee.net

Pas complètement imaginaire, le pétard de notre ami Jean-Luc... 

Au passage, je suis tombé par hasard sur le billet où Mélenchon justifie sa défense de l'euro ("Résolution du Front de gauche sur l'euro"). Ca vaut son pesant de cacahuètes.

Première raison de ne pas sortir de l'euro : " l’euro, en lui-même, n’est pas la cause de la crise actuelle qui est imputable au capitalisme financiarisé et aux politiques néolibérales". Là c'est du foutage de gueule et une erreur d'analyse commise par bien d'autres -  plus facile de traquer les "banksters" que de comprendre les mécanismes doublement pervers de l'euro, vis-à-vis des économies tierces et entre pays membre, cf. mon billet sur le bilan de l'euro.

Dexuième raison : un zeste de connerie décroissante, sur le mode "ces raisins sont trop verts..." Dans le texte : "il ne faut pas surévaluer le problème certes bien réel de la surévaluation de l’euro ! Nous savons que la perte de croissance imputable à cette dernière est notable, mais le PG est un parti écologiste qui ne vise pas le retour d’une croissance indifférenciée qu’autoriserait éventuellement la dévaluation d’une monnaie nationale restaurée. " Traduction en français : une dévaluation ferait bien repartir la croissance mais finalement est-ce une si bonne chose ? Question de prof dont le salaire tombe régulièrement mais que l'ouvrier licencié aura peut-être du mal à apprécier à sa juste valeur.

Troisième raison, un argumentaire hallucinant qu'on croirait sorti de chez Terra Nova, Alain Minc ou Jean Quatremer, sur le mode "il est excellent de se forcer à la construction européenne".

Je copie le paragraphe intégralement, pour que le lecteur comprenne à quel point le raisonnement est torturé :

"« À défaut », car la monnaie commune n’est pas un système conçu pour le développement d’une intégration économique et politique des nations ; il s’agit d’un système conçu pour une coopération internationale visant à équilibrer les échanges et stabiliser les échanges entre des pays strictement indépendants qui n’ont aucune intention de constituer ensemble un espace politique, économique et social plus intégré. C’est pourquoi le PG soutient le projet d’une monnaie commune, en tant qu’élément souhaitable d’une nouvelle organisation des relations monétaires internationales. En revanche, au niveau européen, les peuples peuvent avoir une ambition qui dépasse la constitution d’un simple espace de coopération interétatique. L’Union européenne est aussi un cadre d’intégration politique partielle qui permet la production de biens publics européens à une échelle plus pertinente que le seul niveau national. C’est pourquoi, la monnaie unique peut constituer un système préférable à la monnaie commune, dans le cas où il serait possible de transformer radicalement les conditions de son fonctionnement.

Si l’on postule la mort définitive, l’impossibilité ou la nocivité de tout projet d’intégration européenne, alors l’idée même de monnaie unique doit être exclue a priori. Il nous faut retourner vers un état antérieur de l’Europe ou ne subsisterait que des éléments de coopération internationale technique et économique. Or le PG entend œuvrer à la refondation du projet européen et non à sa dissolution ; il préfère donc une Union européenne refondée à une simple coopération monétaire internationale entre les États. C’est pourquoi, il n’exclut pas la possibilité de maintenir une monnaie unique. Mais il n’exclut pas davantage a priori l’abandon de cette monnaie unique s’il s’avère impossible de réformer et de démocratiser suffisamment le cadre de sa mise en œuvre [A quel taux de chômage grec, espagnol ou portugais décide-t-on d'arrêter les frais ?].

La monnaie unique a un avantage qui est aussi son plus redoutable inconvénient : elle pousse d’une manière ou d’une autre à une convergence des politiques économiques et sociales. [Note d'Edgar : le lecteur reconnaîtra là la logique de la théorie du choc dénoncée par Naomi Klein, ou du "il n'y a pas d'alternative", à la Thatcher] Elle n’est donc ni un bien en soi, ni un mal en soi ; le type de convergence politique qu’elle induit peut être tout aussi bien régressif que progressiste selon les rapports de forces historiques et les choix des gouvernements nationaux."

Enfin, le renversement dialcetique grandiose, le bouquet final : "Garder la monnaie unique comme bien commun des peuples unis d’Europe, nous la réapproprier en menant la politique que nous voulons, c’est provoquer un tel bouleversement dans la représentation collective des possibles que, peu à peu ou bien plus soudainement, c’est la stratégie néolibérale des gouvernements néolibéraux qui deviendra politiquement insoutenable dans la zone euro, c’est leurs gouvernements que les peuples chasseront et non l’euro." On croirait Marx renversant la dialectique hégelienne : vous pensez que l'euro est soutenu par le capitalisme, que nenni, contre toute apparence c'est un projet révolutionnaire ! Ce n'est finalement qu'une demi-plaisanterie, c'est au fond le même raisonnement que Negri et Hardt : il faut accepter l'empire néolibéral, la multitude le subvertira ensuite, de l'intérieur.

 

Ca fait un moment que je trouve la position du front degauche sur l'euro totalement pathétique, mais j'étais content de tomber sur ce billet qui est le sommet de l'argumentation de la gauche de gauche sur le sujet. Morne plaine en réalité...

MaintienEuroFederalisme France euro Union austérité souveraineté Allemagne Hollande PG PCF solidarité BCE

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

RETOUR A L'ACCUEIL

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×