Mélenchon saute sur Hénin-Beaumont - par Descartes

  • Par arsin
  • Le 12/05/2012
  • Commentaires (4)

Par Descartes, sur son blog

http://descartes.over-blog.fr

Mélenchon après sa branlée à Hénin-Beaumont : c'était pas ta guerre, Jean-Luc...

http://aboudjaffar.blog.lemonde.fr/files/2012/05/sylvester-stallone-rambo-1-afdca.jpg

Darthe-Payan le jacobin a publié également un article sur ce sujet.

Encore un article de Descartes sur Mélenchon, ça devient obsessionnel, peut-être, ok...Mais ce choix du (co-)président du Parti de Gauche annonce sans doute la fin d'une stratégie. Celle d'un chef politique qui avait peut-être raison, tactiquement, de paraître agressif contre le FN, alors que cela lui interdisait de progresser dans une partie de la classe ouvrière (qui a montré son choix le 22 avril), mais alors que cela unifiait la gauche radicale (ce qui est, pour l'instant, le seul acquis de la candidature Mélenchon à la présidentielle). On aurait pu penser que Jean-Luc se poserait, essaierait de traverser la crise politique que connaitra très bientôt le Front de Gauche avec les partages de candidatures aux législatives entre PCF et PG, et qu'il approfondirait sa stature de dirigeant, préparant une modification de discours pour gagner de nouveaux électorats aux prochaines échéances nationales.

Mais il n'en est rien, Mélenchon s'obstine dans une posture de catcheur, de bête de scène. Le duel qui va l'opposer à Marine Le Pen (officialisé aujourd'hui) sur une terre ouvrière va être un quitte ou double, une expérience cruciale pour la thèse que le candidat du Front de Gauche défendait au soir du 22 avril. A savoir que "sans le Front de Gauche, Marine Le Pen aurait fait plus que 18%", car Hollande ignorait le FN et l'UMP lui faisait des clins d'oeil. Donc, si l'on en croit le sénateur de l'Essonne, une confrontation directe FdG / FN dans une circonscription ouvrière devrait tourner largement à l'avantage du FdG. Si ce n'est pas le cas, alors toute la posture mélenchonienne s'effondre, voire le prestige du candidat devant ses propres troupes (je plaisante un peu, la critique des dirigeants est rarement de mise dans un parti).


Pour donner des repères, en 2007, le PCF avait eu 11,5% des suffrages exprimés (avec 41% d'abstentions) à Henin Beaumont, d'autres formations d'extrême-gauche faisant 2,2% et 1% des exprimés. Le PS faisait 28%, le FN 24%.  Déjà, si Mélenchon finit derrière le PS et le FN, voire derrière l'UMP ou le Modem, ce sera un plantage.
Dans la ville même de Hénin-Beaumont, au premier tour de la présidentielle, Mélenchon n'obtint lui-même que 11.98% des voix, contre 35,48% pour Marine Le Pen.

On peut dire beaucoup de choses de Mélenchon, mais il faut lui reconnaître une qualité: il domine à la perfection les ressorts de la politique groupusculaire. Il a parfaitement compris combien il est nécessaire, dans la société du spectacle qui est la notre, d'occuper le terrain médiatique. Si le spectacle s'arrête, il disparaît rapidement de la mémoire des spectateurs et il est remplacé par un autre. Il n'y a pas si longtemps, Besancenot était le jeune espoir de la "gauche radicale", promis au plus brillant des avenirs. Aujourd'hui, qui s'en souvient ?

Mélenchon a bien compris que la perte de son statut de candidat présidentiel risquait de le pousser rapidement vers l'oubli. Co-président d'un parti de quelques milliers d'adhérents, député européen parmi 78 autres, il pouvait difficilement à ce titre réclamer une place de choix au fenestron. Après la campagne présidentielle, l'intérêt des français se déplace vers les élections législatives et la formation du nouveau gouvernement. N'étant pas en ligne pour faire partie du second, le seul moyen de rester sous le feu des projecteurs est donc de se présenter aux premières. Mais pas n'importe où: Mélenchon candidat à Trifouillis-le-Canard aurait certainement une haute visibilité pour les canardotrifouillois, mais certainement pas au niveau national. Il faut donc choisir une circonscription qui attire les journalistes. Ce sera donc Hénin-Beaumont, dans le pas de Calais. Charmante cité qui outre sont haut beffroi, ses hauts terrils et son taux de chômage lui aussi d'une hauteur considérable, présente l'incomparable avantage d'être la terre d'élection d'une autre star médiatique, j'ai nommé, Marine Le Pen. Et pour appâter la presse, on nous annonce dejà du côté de l'équipe Mélenchon que le combat sera "homérique".

 

Je vous avoue que cette affaire me laisse perplexe. Et tout d'abord, parce qu'elle est symptomatique de la manière de fonctionner du Front de Gauche en général, du PG en particulier, et de l'équipe Mélenchon en dernière instance. Une manière de fonctionner qui se distingue par la plus grande imprévision et le plus total opportunisme. Car il n'était pas besoin d'être grand sorcier pour prévoir, lorsque Mélenchon a été investi en juin 2011, qu'on en arriverait là. A l'époque, les membres du Front de Gauche avaient discuté pendant plusieurs semaines les candidatures aux élections législatives. Personne ne s'est posé la question du "cas" Mélenchon ? Ces gens-là croyaient-ils vraiment que Jean-Luc serait élu président de la République ? Comment se fait-il que personne n'ait fait un minimum de prospective, de manière à éviter les flottements, les rumeurs et les contre-rumeurs auxquelles cette affaire est en train de donner lieu ? Etait-ce la peine d'investir sur la 11ème circonscription du Pas-de-Calais un candidat, le communiste Hervé Poly, secrétaire fédéral (1), qui depuis des mois travaille la circonscription pour, à quatre semaines du scrutin, parachuter quelqu'un qui n'a la moindre trajectoire sur la circonscription sur le mode "ôte toi de là que je m'y mette" ? N'aurait-on pu réflechir avant ?

 

Non, de toute évidence, on ne peut pas. Le Front de Gauche est une éternelle improvisation, chacun essayant de jouer ses "coups" en fonction des possibilités qui se présentent. La candidature législative de Mélenchon n'obéit à aucune vision de long terme. Qu'on ne me raconte pas que le but est de "combattre la figure de proue du FN". Si tel était le cas, on aurait pu préparer cette candidature depuis des mois voire des années. Jean-Luc aurait pu se présenter aux européennes, aux régionales et même aux cantonales dans le coin, pour préparer le terrain. Il n'en a rien fait. On est donc obligé de conclure que cette candidature est la réponse immédiate à une question immédiate: "qu'est ce qu'on peut bien faire pour rester en haut de l'affiche ?".

 

Vous direz que je radote, mais je vais le redire quand même: la politique ne se réduit pas à des "coups" opportunistes. Cela demande un travail de fond sur le long terme. A Hénin-Beaumont, le fonctionnement du Front de Gauche contraste désagréablement avec le travail de terrain systématique et de longue haleine entrepris par le Front National sur cette circonscription. Depuis que Marine Le Pen a choisi de s'y installer en 2007, elle ne s'est jamais présenté à une élection ailleurs et détient tous ses mandats dans la région: candidate aux législatives à Hénin-Beaumont en 2007, aux municipales en 2008, député européenne de la "grande région" nord-ouest (2009), conseillère régionale du Nord-Pas-de-Calais (2010). De l'autre côté, on parachute un candidat qui a été tour à tour sénateur de l'Essonne, député européen pour le Sud-Ouest (après avoir voulu être tête de liste à Paris...), tête de liste pour les régionales dans le Languedoc-Roussillon, et qui pour les législatives hésite entre Hénin-Beaumont, Paris et Marseille... franchement, si vous vouliez élire un député qui représente vos intérêts et ceux de votre circonscription à l'Assemblée Nationale, lui feriez-vous confiance ?

 

Ce nomadisme électoral, qui rappelle singulièrement celui de Jack Lang (2), est un manque de respect pour les électeurs. Un député - et donc un candidat - a des devoirs envers les électeurs qu'il sollicite. En se faisant élire député européen pour le Sud-Ouest, il s'est engagé à représenter cette circonscription au Parlement Européen. Que va-t-il dire à ces électeurs ? Qu'après mûre réflexion il est plus intéressant d'aller chasser la Marine que de défendre leurs intérêts ? Et après les avoir abandonné, quelle crédibilité auront les promesses d'amour éternel qu'il fera sans doute aux héninois ?

 

Descartes

 

 

 

(1) Il n'est pas inutile de rappeller que la fédération communiste du Pas de Calais est en conflit permanent avec la direction nationale du PCF depuis dejà plusieurs congrès. Faut dire que les pasdecalaisiens n'ont jamais avalé la "mutation" du père UbHue et ses séquelles. Ceci explique probablement pourquoi dans une circonscription éminement "gagnable" la direction nationale du PCF préfère Mélenchon plutôt qu'un affreux orthodoxe comme Poly...

 

(2) Et qui est tout le contraire de la tradition ouvrière et communiste. Les dirigeants du PCF furent en général des hommes et des femmes d'une seule circonscription, qui n'ont que très rarement changé même lorsqu'ils étaient battus dans leur circonscription d'origine. Maurice Thorez fut toujours député de la Seine, Jacques Duclos député puis sénateur de ce même département, Georges Marchais fut député du Val-de-Marne de 1973 à 1997, et même Marie-George Buffet ne s'est jamais présentée ailleurs qu'en Seine-Saint-Denis.

Commentaires (4)

1. Benny 13/05/2012

Mélenchon va sans doute prendre une "branlée" mais Le Pen ne sera pas élue non plus dans cette circonscription éternellement socialiste.

2. Benny 13/05/2012

"si vous vouliez élire un député qui représente vos intérêts et ceux de votre circonscription à l'Assemblée Nationale, lui feriez-vous confiance ?"

Un député est l'élu de la Nation et du peuple français dans son ensemble, pas des habitants de sa circonscription.

3. arsin (site web) 13/05/2012

Bonjour,

vous dites vrai, mais ce que l'auteur de l'article dit, c'est que si un député veut défendre ses idées politiques en se basant sur le vécu de ses électeurs, le mieux est de les connaître réellement, par un travail militant de fond. Donc de rester longtemps sur le même territoire. Un politicien qui passe de région en région, tout en ayant une activité de premier plan national comme Mélenchon, aura une connaissance plus imparfaite du terrain. Et pour l'auteur de cet article, cette manière de faire est en rupture de celle pratiquée par les dirigeants du PCF.

4. arsin (site web) 15/05/2012

Rassurez-vous, je ne souhaite pas l'élection de Marine Le Pen. Mais je suis peu fan de Mélenchon.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

RETOUR A L'ACCUEIL

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×