Mobilisation contre la ratification de la Charte européenne des langues régionales - par Nationaliste Jacobin

  • Par arsin
  • Le 02/02/2014
  • Commentaires (2)

Par Nationaliste Jacobin, sur son blog

Voir aussi l'article de Magali Pernin sur l'inconstitutionnalité de la Charte des langues régionales.

http://www.dominiqueraimbourg.fr/IMG/arton41.jpg?1380121081

Il est un domaine, un seul, où François Hollande tient ses promesses, c’est lorsqu’il s’agit de distribuer des avantages, j’ose même dire des privilèges, à toutes sortes de lobbies communautaires. Les homosexuels ont eu le mariage, les féministes enragées une énième loi sur « l’égalité homme-femme » qui prétend imposer celle-ci à coup de parités obligatoires (ce qui est contraire au principe même d’égalité, mais passons). Les régionalistes auront la ratification de la Charte européenne des langues régionales. Du moins, la gauche tente de lancer le processus de ratification, qui est complexe puisque une modification de la Constitution est nécessaire et requiert donc la majorité des 3/5ème lors d’un Congrès réunissant députés et sénateurs. Je vais être clair : pour moi, l’application de la Charte européennes des langues régionales, c’est la mort de la France à moyen ou long terme.

Lorsque les autorités d’un pays cessent de promouvoir la culture et la langue communes pour encourager les cultures et langues minoritaires, cela revient à favoriser les forces centrifuges qui cherchent à diviser la nation. La France a toujours connu des forces centrifuges, et elle en connaîtra toujours. Jusqu’à présent, l’Etat s’est efforcé de les affaiblir en diffusant le français, une histoire commune, une vision du monde commune. La République sait qu’il y a, qu’il y aura toujours des particularismes et des identités régionales. Contrairement à ce qu’on entend souvent, elle ne cherche pas à les détruire mais à les intégrer dans une identité plus large, l’identité nationale. Et cela suppose d’empêcher la persistance, non point des différences culturelles, mais des pratiques qui créent des exclusions. Or la langue, comme les interdits alimentaires ou certaines tenues vestimentaires, est un discriminant remarquablement efficace, qui permet très facilement de distinguer les « nôtres » des « autres ».

Chose promise, chose due. Dans un article où j’exposais voilà quelques temps tout le mal que je pensais de la Charte des langues régionales [1], je m’étais engagé à proposer sur ce blog un modèle de lettre à envoyer à son député ou à son sénateur. J’invite tous les citoyens patriotes, attachés à l’unité de la nation et à l’indivisibilité de la République à se mobiliser, et à écrire à leurs élus afin de manifester leur désapprobation. Ne croyez pas que ce soit inutile. Ecrivez à votre député, même s’il est socialiste, non, surtout s’il est socialiste. Il n’y a rien à attendre des Verts. L’UMP est partagée. Un courrier peut faire réfléchir un élu hésitant et – qui sait – le faire basculer du bon côté. Naturellement, je ne propose ici qu’un canevas, qui se contente de présenter les principaux arguments à développer. A chacun de l’adapter suivant son style, sa sensibilité, sa culture et son expérience… et en tenant compte de son interlocuteur.

Lire la suite sur le blog de Nationaliste Jacobin

Hollande unité Europe député verts langue Basque ethnie régionale UFCE breton oc gascon auvergnat

Commentaires (2)

1. Précision jacobine 14/03/2014

Attention, nos amis Québécois, Acadiens, Wallons, Romands et valdotains doivent être rassurés quant à la position de la France sur les questions linguistiques, à savoir :
Non à la coofficialité et à la reconnaissance publique des langues régionales en France.
Oui à la coofficialité et à la reconnaissance publique de la langue française dans tous les pays qui abritent sur leur sol des minorités régionales francophones : Canada, Belgique, Suisse, Italie etc. C'est là le positionnement international de la France quant à la défense des droits linguistiques spécifiques des minorités régionales francophones à l'étranger.
cela va de soi, mais cela va mieux en le disant haut et fort .

2. arsin (site web) 17/03/2014

Hum, je sens un brin de sarcasme dans ce commentaire.
Je voudrais juste apporter quelques précisions à mon tour :
- la France fait sa politique. Nous ne faisons pas la politique de la Belgique, de la Suisse, du Canada, de l'Italie ou de n'importe quel autre pays;
- si le Canada, la Suisse et la Belgique décidaient de supprimer le français en tant que langue officielle, le résultat à brève échéance serait la sécession du Québec, de la Suisse Romande et de la Wallonie-Bruxelles (pas forcément pour rejoindre la France). A l'inverse, en France métropolitaine, il n'y a, à part peut-être pour la Corse (et encore...) aucune région réellement séparatiste. La République a terminé l'oeuvre des rois : le français est la langue maternelle dominante sur tout le territoire. Et la France n'est pas la seule à avoir réussi cela : les USA sont bien parvenus à angliciser une population d'immigrants dont la plupart ne venait pas des Iles Britanniques.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

RETOUR A L'ACCUEIL

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site