Qu'est-ce que le Cercle des Volontaires ? - par eux-mêmes

  • Par arsin
  • Le 15/10/2012
  • Commentaires (0)

Par le Cercle des Volontaires, sur leur site

http://www.cercledesvolontaires.fr/

Le Cercle des Volontaires connaît une rentrée turbulente : nombreuses calomnies à notre égard, et même intimidations physiques. Nous ne reviendrons pas sur ces dernières, nous nous concentrerons uniquement sur le fond du mécontentement à notre égard. Il est opportun de définir qui nous sommes. En effet, notre jeune collectif de journalistes indépendants s’est vu tour à tour qualifié de mouvement fasciste, anti-sioniste, complotiste et nationaliste. Alors, qu’en est-il ? Qui sommes-nous ?

Raphaël Berland et Jonathan Moadab, 1 mois avant la création du Cercle des Volontaires

Républicains et démocrates

Nous sommes pour le débat sur la place publique à propos de l’avenir de la nation. Par ailleurs, nous sommes contre le communautarisme et pour le savoir vivre ensemble à la française : nous sommes républicains. Nous interviewons pour cela de nombreuses personnes de toutes tendances, affiliées ou non à différents mouvements politiques de tous bords.

Nous sommes pour l’exercice de la souveraineté populaire, à travers un système démocratique que nous appelons à réformer, justement pour plus de démocratie. En effet, nous considérons que les décisions politiques sont de plus en plus prises à l’insu des peuples, notamment en France. En cela, nous sommes des démocrates insatisfaits de la démocratie actuelle.

A aucun moment nous n’avons prôné ni la haine, ni la violence. Nous sommes vigoureusement attachés au dialogue et à la non-violence. Aussi, les accusations de « menace fasciste » que nous pourrions représenter sont totalement ridicules. A noter que l’article qui porte cette accusation, publié sur le site Indymédias Paris, n’est pas signé. Il y aurait beaucoup à dire sur ce genre de méthodes. Cet article, indigeste, est d’ailleurs un catalogue fourre-tout de l’actuelle résistance intellectuelle et politique, ponctué d’accusations diffamatoires.

Alter-sionistes

 

Yitzhak Rabin et Yasser Arafat qui se serrent la main en 1993

 

Nous nous sommes peu exprimés sur le conflit israélo-palestinien. Malgré cela, certains mouvements sionistes nous ont qualifiés d’anti-sionistes, voir même d’antisémites. En réalité, nos avis au sein du Cercle des Volontaires sont multiples, car ce sujet est complexe. Pour ma part, je me définis comme alter-sioniste, une troisième voix, celle de la réconciliation, qui appelle à un référendum palestino-israélien sur le futur statut de la région : 1 seul état, ou 2 états.

L’accusation « d’antisémitisme » à notre encontre est malveillante, car nous travaillons au contraire à déminer les conflits inter-communautaires, et à dénoncer le Choc des Civilisations. La qualification « d’anti-sioniste » est tout simplement fausse, car nous n’avons jamais publié de tribune dans ce sens. Nous avons d’ailleurs interviewé des sionistes, comme Alain Finkielkraut.

Chercheurs de vérités

Interview du Cercle des Volontaires, par Les Inrockuptibles

Nous sommes des journalistes indépendants. A ce titre, nous n’avons pas de d’impératifs commerciaux. Lorsque nous avons accepté l’interview d’un journaliste des Inrockuptibles, Geoffrey Le Guilcher, qui préparait un dossier sur les complotistes, nous lui avons ouvert notre porte sans a priori. Certes son article relate fidèlement nos entretiens. Mais lorsqu’il rapporte le témoignage de Rudy Reichstadt, du site ConspiracyWatch, qui déclare que « Le Cercle des volontaires est directement issu du web conspirationniste », le journaliste ne prend même pas la peine d’évaluer cette accusation.

Nous répondrons donc à sa place : non, nous ne sommes ni des « complotistes », ni des « conspirationnistes », ces mots n’existent d’ailleurs même pas dans le dictionnaire. Ils servent à discréditer de manière fallacieuse toute personne qui n’adhère pas à la doxa médiatique. Ces anathèmes sont très pratiques pour les oligarques et leurs médias inféodés. Car les vainqueurs, qui écrivent l’Histoire, n’aiment pas être contredits sur les points les plus sensibles.

Nous sommes d’humbles chercheurs de vérités, comme tout journaliste qui se respecte. Et lorsque nous manquons d’humilité (ou de discernement), nous comptons sur les internautes pour nous le rappeler ;-)

Souverainistes du peuple

 

Résultats du référendum de 2005 sur la Constitution Européenne

 

En ces temps de dictature européenne, nous sommes des souverainistes du peuple. En effet, l’un des points de départ de notre engagement, c’est le refus de nos élites politiques de respecter notre « non » à une constitution européenne en 2005. Nous ne sommes pas spécialement nationalistes ; nous considérons simplement que la démocratie et la citoyenneté doivent s’exercer en premier lieu au niveau municipal et national.

Nous avons interviewé Benjamin Ball, que nous connaissions pour avoir nous aussi participé au mouvement des indignés. Benjamin Ball a relayé cette interview, non sans nous égratigner au passage : nous serions des « nationalistes ». Nous n’en sommes pas, à moins de considérer que le Général De Gaulle en était un. Nous sommes simplement pour que l’État français protège ses citoyens, comme il avait su le faire sous l’impulsion du CNR. Nous sommes attachés au droit des peuples à disposer d’eux-mêmes, ainsi qu’à la souveraineté des nations. Certes, nous aimons la France, nous sommes patriotes. Mais nous sommes tout aussi critiques vis-à-vis de certaines pages de son Histoire. Bref, tout cela est très insuffisant pour faire de nous des nationalistes…

Respectueux, mais parfois taquins

Nous tentons d’adopter une démarche impeccable, mais nous nous laissons parfois aller à la taquinerie. C’est pourquoi nous ne répondrons pas ici à l’article d’un certain Jean Robin, agitateur du site Enquête & Débats, par respect pour son égo (t’inquiètes pas, Jean, tu l’auras, ton interview en ligne. Nous n’avons qu’une parole ; soit juste un peu patient !).

Nos motivations

Nos détracteurs taisent nos motivations. Nous agissons en réaction aux nombreuses dérives et impasses du système actuel, qu’elles soient sociales, écologiques, monétaires, sociétales, énergétiques, politiques, diplomatiques… Nous sommes face à une crise de civilisation.

Mais nous écoutons également les avis d’experts et de citoyens qui proposent des alternatives, à contre-courant de la pensée dominante. Car si nous avons besoin de nous réveiller, et en cela les dénonciations de ces dérives sont importantes, nous avons surtout besoin de nous motiver. Pour cela, nous devons retrouver l’espoir. Les projets alternatifs sont donc primordiaux, et nous souhaitons les mettre en lumière.

Conclusion

Cela fait 9 mois que nous tendons le micro, que nous publions des vidéos et des articles. Apparemment nous dérangeons déjà certains, au point que nos détracteurs en soient réduits à nous calomnier de manière malhonnête, quand ils ne font pas carrément appel à la manière forte.

Notre devise, « Ce qui nous unit est plus fort que ce qui nous divise » est mise à l’épreuve, notamment par quelques groupuscules. Mais cela doit également nous inciter à améliorer notre stratégie. Il est inutile de se victimiser face à ce qui nous est arrivé ; « choisis tes ennemis » dit un certain proverbe. L’underground du pouvoir, bien que nuisible, nous paraît trop insignifiant pour être la cible principale de nos combats.

Nous préférons nous concentrer sur notre première mission : informer différemment, et jeter des ponts entre les différentes chapelles de la dissidence.

France souveraineté vérité sionisme alter Israel agression démocrate peuple nation journalisme

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

RETOUR A L'ACCUEIL

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×