Quand les socialistes trouvaient le Pacte budgétaire "non-nécessaire", "déséquilibré" et "antidémocratique" - par Magali Pernin

  • Par arsin
  • Le 03/09/2012
  • Commentaires (0)

Par Magali Pernin, sur Contre la Cour

http://contrelacour.over-blog.fr

ombre_hollande.jpg

Mardi 21 février 2012: les députés de l'Assemblée nationale se réunissent pour débattre et ratifier le Traité instituant le Mécanisme européen de stabilité (MES).

L'opinion publique est tendue et le Parti socialiste cherche à justifier tant bien que mal sa non-opposition au MES.


S'il trouve le mécanisme peu satisfaisant, il refuse cependant de s'y opposer. Selon Jean-Marc Ayrault, alors chef de l'opposition, "Voter non donnerait le sentiment que nous refusons la solidarité".

 

L'opposition choisit alors l'abstention, justifiée par un accord de principe mais une critique soutenue des insuffisances du mécanisme (une structure intergouvernementale, un mécanisme trop "tardif", trop "insuffisant", etc).

 

De plus, profitant du lien, certes sans "valeur juridique contraignante" avec le futur traité européen (TSCG), le Parti socialiste relaie l'engagement du candidat socialiste de renégocier le Pacte budgétaire.

En effet, les parlementaires de gauche trouvent alors inacceptable que l'octroi des prêts par le MES soit conditionné par la mise en œuvre future d'un Pacte qu'ils qualifient [devant la presse seulement] d'austéritaire.

 

En réalité, les critiques du Pacte budgétaire portent sur d'autres aspects.

C'est sans doute l'intervention de Madame Élisabeth Guigou qui résume le mieux la critique socialiste.

 

Quatre raisons, dit-elle, justifient cette position : "ce projet de traité intergouvernemental ne répond pas à l’urgence, il n’est pas nécessaire, il est déséquilibré et il est antidémocratique."

 

Elle rappelle aussi que ce Pacte budgétaire n'est pas nécessaire puisque le respect de la discipline sur les déficits et la dette, qualifié d' "indispensable", est déjà prévu dans les traités européens.

 

"Je ne cesserai de le répéter : si les États européens avaient respecté les traités déjà existants, si la Commission européenne avait joué son rôle, si on avait agi plus tôt et plus fort, nous n’en serions pas là aujourd’hui."

 

Lire la suite sur Contre la Cour

France Hollande euro austérité souveraineté démocratie TSCG opposition MES députés

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

RETOUR A L'ACCUEIL

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×