Récession : la France lanterne rouge, ou avant-garde d'une Europe stagnante ? - par J.Sapir et Contrepoints

  • Par arsin
  • Le 23/05/2013
  • Commentaires (0)
La France en récession, ce n'est pas une surprise - par le journal Contrepoints
Par le journal Contrepoints, sur leur site
http://www.contrepoints.org/
La France est entrée en récession le 15 mai officiellement. Nos lecteurs l’ont su une fois de plus à l'avance, avant le FMI et le Haut Conseil des Finances. 
Un article de l'Aleps. 
Il y a quelques semaines (Nouvelle Lettre n° 1137 du samedi 24 novembre 2012), Jean-Yves Naudet intitulait sa chronique de conjoncture « récession ». Au vu des statistiques officielles auxquelles tout le monde avait eu accès, il affirmait que la France était réellement en récession, même si d’adroites manipulations de l’INSEE permettaient de masquer la situation. Aujourd’hui, le doute n’est plus permis et il n’y a plus que Bercy, aux ordres du gouvernement, pour croire encore que la France a toujours un souffle de croissance, alors que le Produit Intérieur Brut a déjà décliné. Le FMI et le Haut Conseil des Finances, issu de la Cour des Comptes, présidée par Didier Migaud (naguère socialiste) et créé par François Hollande en mars dernier, contestent l’optimisme officiel de la croissance. 
Double leçon de cette affaire. La première c’est qu’il faut toujours un certain temps à de nobles institutions pour se rendre à la réalité. Milton Friedman avait d’ailleurs condamné les politiques conjoncturelles « discrétionnaires » (laissées à la discrétion de l’État) avec sa théorie des décalages (lags) : il y a toujours un retard entre les fluctuations de l’activité économique et leur prise de conscience par les décideurs politiques. 
Lire la suite sur le site de le journal Contrepoints
La récession… - par Jacques Sapir
Par Jacques Sapir, sur son blog
http://russeurope.hypotheses.org/
Et voilà. L’INSEE vient de reconnaître que la France est en récession. Le temps n’est plus ou les mésanges du PS nous sifflotaient, avec toute l’assurance de ces polytechniciens qui ne connaissent rien à la réalité, que la croissance en 2013 serait de +0,8% (n’est-ce pas Madame Karine Berger…. ). C’était à l’automne dernier, mais qui s’en souvient ? Cette nouvelle est en train de déclencher une polémique tout à fait inutile sur la « responsabilité » de la politique de François Hollande. Le graphique ci-dessous indique bien que le mouvement a commencé en 2011 (donc sous Sarkozy) mais qu’il s’est accentué avec François Hollande. À cela, pas de mystère. Ce dernier mène exactement la même politique que son prédécesseur. 
Il y a un point cependant qui apparaît comme plus inquiétant encore que la récession : c’est la chute de l’investissement et de la demande. En fait les deux sont liés. Une entreprise n’investira que si elle a des perspectives de profit (sauf si elle fait de la philanthropie). Quand la demande se contracte, les occasions de faire du profit diminuent. Or la demande, quelle que soit la manière dont on la calcule, se contracte depuis plusieurs mois. 
Lire la suite sur le site de Jacques Sapir

France récession insee bureaucratie euro Hollande emploi chômage Europe

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

RETOUR A L'ACCUEIL

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×