Requiescat In Pace, Clément Méric - par Pablito Waal

  • Par arsin
  • Le 06/06/2013
  • Commentaires (1)

7/06/2013 : voir aussi la réaction de Voltaire République

25/06/2013 : suite à la parution de nouvelles informations, notamment des extraits de vidéosurveillance analysés par au moins deux médias, l'auteur de l'article se doit de rectifier plusieurs propos qui y sont contenus. Même en se limitant à la version donnée par Libération, qui, contrairement à RTL, ne prétend pas que Clément Méric ait frappé Esteban Morillo, avant que celui-ci ne le tue, on ne peut plus dire que le groupe des "natios" ait ciblé les "antifas", puisque ce sont au contraire ces derniers qui ont attendus les "skins" sur le lieu de la future rixe. Les passages en italique dans le corps de l'article, qualifiant les militants nationalistes d'agresseurs, devraient être bons pour les oubliettes. J'écris "devraient" car je préfère assumer d'avoir écrit un article trop rapidement, quand les témoignages parlaient d'agression skin voire de coup de poing américain, plutôt que de réécrire l'histoire. De même, le mot "meurtre" doit être remplacé par le seul terme certain : homicide (volontaire ou pas). La notion de meurtre implique une volonté de tuer, ce qui a provoqué un débat entre Descartes et moi-même pour savoir si frapper sciemment quelqu'un au visage, si mort s'en suit, est un meurtre ou non (l'issue fatale d'un coup de poing est peu probable, mais ce risque ne peut être ignoré). Ce débat est désormais obsolète puisque E.Morillo aurait apparemment frappé C.Méric non pas "sciemment", mais par réaction immédiate, alors que la future victime se trouvait derrière lui juste avant le drame.

http://yagg.com/files/2013/06/Desktop14.jpg

Il m’arrive rarement de commenter l’actualité sur le moment même. La dernière fois remonte à mars 2012, et à l’affaire Merah. La mort hier de Clément Méric, étudiant de Sciences-Po affilié à une organisation « antifasciste » est une autre occasion.

La première réaction est bien entendu les condoléances que l’on ne peut qu’adresser à la famille et aux proches de la victime. Mais seulement à ceux qui le connaissaient réellement, comme nous le verrons ensuite.

Parmi les autres réactions à chaud, celles que je vous recommanderai le plus viennent du Cercle des Volontaires et celle de Daniel Schneidermann. La dernière est méthodologiquement intéressante, car les façons de qualifier la victime comme les agresseurs sont importantes. (1)

Et sur ces agresseurs, que sait-on ? Ils sont confirmés par les premiers témoignages (2) en tant qu’assaillants : un groupe de quelques personnes, peut-être cinq, après une rixe verbale, s’est jeté sur la victime, et il a suffi d’un seul coup porté au crâne pour tuer.

Ce qu’on ne sait pas, c’est l’affiliation politique de ce groupe. Il n’est pas sûr qu’ils soient membres des « Jeunesses Nationalistes Révolutionnaires » de Serge Ayoub (« Batskin »), même si ce dernier a prétendu les avoir contacté par téléphone, le milieu « natio-skin » étant assez ramassé.

Ce qu’on ignore toujours également, c’est si ce groupe de skinheads avait prémédité son action, choisissant précisément de se rendre sur le lieu du drame avec pour cible cette personne (ou ses camarades), ou s’il s’est agi d’une présence coincidante des « skins » et des « antifascistes » qui a fini tragiquement suite à des injures et à l’envie de tuer émanant d’au moins des crânes rasés. Car je parlerai bien d’une « envie de tuer » car, préméditation ou pas, il ne s’agit pas d’un accident. Pour frapper quelqu’un au crâne avec un poing américain, il faut avoir décidé de tuer (ou d’en prendre un gros risque).

A la justice de faire son travail. Si les coupables sont membres d’une organisation politique, à celle-ci de les exclure, ou qu’elle soit dissoute par l’État.

Pour la suite ? On la connaît : un nouveau torrent de récriminations contre le supposé effet de la « libération de la parole raciste » ou de la « montée de la haine, notamment homophobe ». Le premier refrain date du fameux et opportuniste débat sur l’identité nationale de 2009-2010, le second de la tragicomédie des « manifs pour tous », dont le républicain que je suis s’étonne qu’elles continuent après le vote de la loi.

On peut constater la différence d’ambiance entre les crimes.

Affaire Merah ? Pas d’amalgame, reprennent en cœur les médias ! Honte à Marine Le Pen qui dit que l’immigration maghrébine nous amènerait de nouveaux Merah ! Honte à la récupération et la manipulation des souffrances !

Affaire Breivik, et demain un nouveau nom lorsque l’on connaîtra l'auteur de la mort de Clément Méric ? « Libération de la parole raciste, islamophobie, haine de l’ôôôôtre, etc… » Après la tuerie norvégienne, de proche en proche, le vote suisse sur les minarets, la polémique sur la burqa, le débat « identitaire » de Sarkozy et Hortefeux de 2009-2010…Tout y est passé. Et peu importe que les conclusions officielles de ce débat, données par les ministres UMP, aient elles-mêmes été fort peu « ethnicistes » (3). Aucune proposition de loi n’est allée jusqu’à affirmer que la France est une nation historiquement latine et chrétienne. Lorsqu’un membre du gouvernement déclara que la France ne serait plus la France lorsque les minarets deviendraient plus nombreux que les tours de cathédrales, il se fit rabrouer vertement par la gauche, et fut peu défendu par son camp. Évoquer la « casquette à l’envers » et le « verlan » pratiqué par certains immigrés (mais pas seulement eux) était un « dérapage ».

Le simple fait que l’on puisse parler de la France autrement que comme une « communauté de valeurs », une pure « construction politique » et que l’on mette des éléments culturels dans la conception que l’on s’en fait, suffit à vous enfermer dans l’extrême droite au sein du débat politique et médiatique. Mais il est vrai que l’étau s’est peu à peu libéré, et des expressions comme « français de souche » ne font aujourd’hui plus scandale. Et alors ? Tant que l’on n’est pas dans l’appel à la violence contre les personnes, où est le problème ?

Et pendant ce temps, rappelons que des gens (des gentils, eux) rendent toujours hommage à Action Directe, à Cesare Battisti, quand il ne s’agit pas de régimes despotiques "anti-impérialistes"… Mais là, ce sont des « opinions », et les Rouillan et consorts ne sont pas des « haineux », eux, mais des militants ayant pris une grave décision découlant d’un « contexte révolutionnaire », ou autre « réflexion politique » (les termes entre guillemets ont été réellement employés par des « gentils » pour justifier de ne pas mettre sur le même plan les tueurs révolutionnaires et les autres).

Depuis hier soir, fleurissent des demandes d’interdiction, des tribunes déchirantes contre les « idées nauséabondes qui nous rappellent les heures les plus sombres etc… », mais aussi des accusations contre des personnalités politiques ou militantes. Dans les têtes de nos indignés, les principes de base de la démocratie tombent. Le premier étant, avant même le droit de vote, le respect du droit pour chacun, en premier lieu le fait de rester innocent jusqu’à ce que l’on ait été convaincu de sa culpabilité.

Sauf en cas de nouvelles preuves (4), et si l’on veut réellement le juger comme un homme libre, l'auteur du coup fatal est responsable de ses actes. Mais aussi de sa façon de penser. Il n’a pas reçu d’ordre de Frigide Barjot,  de Marine Le Pen ou même, probablement, de Serge Ayoub. Le fait que l’égérie des « manifs pour tous » ait pu dire qu’Hollande verrait du sang couler s’il le cherchait ne la rend pas coupable. Ses accusateurs, en premier lieu Pierre Bergé, instaurent sans plus sourciller le « crime-pensée » orwellien.

N’en déplaise à ceux qui veulent tout conceptualiser, il est impossible de prouver un « déterminisme » entre ce drame et un « contexte idéologique ». Il est d’autant plus absurde d’en imputer la charge aux adversaires du « Mariage pour tous » alors que cet homicide n’est manifestement pas homophobe (et ce, à supposer que les adversaires de la loi Taubira fussent sur le fond tous homophobes).

A l’inverse, on pourrait dire que c’est justement l’interdiction des opinions, de la libre expression qui peuvent faire fermenter la violence. Se faire denier le droit à son point de vue, au nom d’amalgames foireux, c’est se faire refuser une (grande) partie de sa dignité. La liberté d’expression radicale, avec le minimum d’entraves, n’a jamais mené à l’ « horreur fasciste ». Il a fallu bien d’autres éléments que la publication de Mein Kampf pour aboutir au Troisième Reich.


Il est donc de notre responsabilité, à tous, de condamner la violence et de ne jamais y appeler, mais aussi de défendre la liberté d’expression, de conscience et d’association.

 

(1)     Aussi le "antifasciste" au début de ce texte est-il écrit par référence au nom que l'organisation dont se réclamait C.Méric se donnait elle-même.


(2)    Revue de presse sur la mort de Clément Méric :

http://www.rue89.com/2013/06/06/questions-lagression-clement-meric-243033

http://lci.tf1.fr/france/faits-divers/que-sait-on-sur-l-agression-du-militant-d-extreme-gauche-a-paris-7994109.html

http://tempsreel.nouvelobs.com/mort-de-clement-meric/20130606.OBS2235/agression-mortelle-de-clement-meric-ce-que-l-on-sait.html

http://www.francetvinfo.fr/un-jeune-militant-en-etat-de-mort-cerebrale-apres-une-agression-par-un-groupe-d-extreme-droite_341070.html

http://www.alexis-corbiere.com/index.php/post/2013/06/05/L%E2%80%99horreur-fasciste-vient-de-tuer-en-plein-Paris

http://www.20minutes.fr/societe/1168991-20130606-agression-dun-militant-dextreme-gauche-a-paris-est-il-passe-mardi-soir

http://www.20minutes.fr/societe/1169011-20130606-agression-clement-meric-temoin-scene-raconte

http://www.20minutes.fr/societe/1169011-20130606-agression-clement-meric-temoin-scene-raconte

http://www.huffingtonpost.fr/2013/06/06/mort-clement-meric-pierre-berge-manif-pour-tous_n_3394442.html?utm_hp_ref=france

http://www.arretsurimages.net/vite.php?id=15648

 

(3)    Quelques rappels sur les conclusions du « Débat sur l’Identité Nationale » de Novembre 2009 à Février 2010.

http://www.lemonde.fr/societe/article/2010/02/08/identite-nationale-les-petites-mesures-du-grand-debat_1302499_3224.html#ens_id=1258775

http://www.lemonde.fr/politique/article/2010/02/08/identite-nationale-francois-fillon-cherche-une-voie-de-sortie_1302643_823448.html#ens_id=1258775

http://www.rue89.com/2010/01/05/debat-sur-lidentite-nationale-le-vrai-bilan-et-la-carte-des-rates-132377

http://www.lepoint.fr/actualites-politique/2010-02-07/identite-nationale-fillon-va-tirer-les-conclusions-du-debat/917/0/421598

http://fr.wikipedia.org/wiki/S%C3%A9minaire_gouvernemental_sur_l'identit%C3%A9_nationale_(France)

http://www.lefigaro.fr/politique/2010/02/08/01002-20100208ARTFIG00353-identite-nationale-le-point-d-etape-du-gouvernement-.php

(4) 25/06/2013 : comme quoi j'avais malgré tout pris quelques réserves...

Sarkozy France Hortefeux liberté racisme identité parole violence expression meurtre skin fasciste antifasciste récupération

Commentaires (1)

1. King Flo (site web) 24/06/2013

Exactement, ce que j'ai pensé. Les médias chamboulent tout, et font oublier que notre société est avant toute chose encadrée par une constitution remplie de lois ( dont certaines, certes, se contredisent ou sont inutiles). Nous sommes en train d'être les cobayes d'une expérience dévastatrice: l'américanisation des moeurs qui instaure une charia émotionnelle.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

RETOUR A L'ACCUEIL

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site