Sarkozy et Mélenchon, même combat - par Boreas

  • Par arsin
  • Le 15/04/2012
  • Commentaires (3)

Par Boreas, sur son blog

http://verslarevolution.hautetfort.com

Commentaire de Pablito Waal :

Cet article pourrait choquer certains de nos lecteurs, qui y verraient une dénonciation "identitaire" du métissage. Mais quoi que vous pensiez des opinions de Boreas, arrêtons-nous sur ce point : le discours de J-L. Mélenchon à Marseille est profondément choquant parce qu'il s'est adressé à une partie de la population (les gens originaires du Maghreb) en tant que tels, pas en tant que français.

Quand on prend la défense des "français de souche", en tant que groupe menacé, on est raciste. Quand on drague une minorité ethnique en flattant son histoire, c'est tout aussi ethniciste, mais comme ça va dans le sens du "abolissons les frontières" tout passe. Et bien sûr, on peut sortir les énormités que l'on veut (les maghrébins qui "ont libéré le sol de la partie des nazis" : et pourquoi s'adresser à eux plutôt qu'aux américains, britanniques, canadiens, océaniens, pieds-noirs, subsahariens, polonais, et bien sûr aux gaulois résistants ? Question de clientèle électorale, bien sûr). Et au nom de quoi n'y aurait-il pas d'avenir pour la France sans les maghrébins, plus que sans les ouzbeks, les aborigènes australiens, les inuits ou les aymaras ? Et si une ethnie décidait spontanément d'émigrer hors de France, la France serait-elle moins la France? Non.

Alors, de deux choses l'une : ou bien on admet l'existence des ethnies en France, le droit d'adopter des postures spécifiquement favorables à certaines d'entre elles, et dans ce cas, Marine Le Pen a le droit de se positionner comme défenseure des français de souche sans se faire traiter d'antirépublicaine; soit on reste dans la vision "a-ethnique" de la République, et dans ce cas le discours de Mélenchon n'a pas plus sa place que celui des identitaires européens.

Au nom de quoi doit-on, comme le fit Sarkozy dans une vidéo ci-dessus, fixer des objectifs "ethniques" à la France? Car le "métissage", c'est bien un objectif ethnique, qui suppose que certaines populations, les "métissées" sont plus souhaitables que d'autres "consanguines". Le classement des populations est déjà une forme de racisme. Et face à cette idéologie, la seule réponse, c'est non pas de vanter la consanguinité , l'endogamie ou une quelconque "pureté" identitaire ou ethnique. La réponse, c'est la souveraineté nationale : les peuples se métissent s'ils le veulent, ou pas. Et pour cela, il faut disposer du contrôle de ses frontières.


« Jean-Luc Mélenchon, candidat du Front de gauche à la présidentielle, a estimé samedi à Marseille, pour son troisième meeting en plein air sur la VIe République, que la "chance" de la France était "le métissage", faisant une ode à la Méditerranée. (...)

"Notre chance c'est le métissage", a lancé l'eurodéputé, sous les "youyous", avant de saluer "Arabes et Berbères" par qui sont venus en Europe "la science, les mathématiques ou la médecine" au temps où "l'obscurantisme jetait à terre l'esprit humain". Refusant "l'idée morbide et paranoïaque du choc des civilisations", il a dit sa pensée aux Maghrébins "qui ont libéré le sol de la patrie des nazis". "Les peuples du Maghreb sont nos frères et nos soeurs" et il n'y a "pas d'avenir pour la France sans" eux, a-t-il dit, interrompu par les "tous ensemble, tous ensemble !" »

Source

Commentaires (3)

1. Boreas (site web) 15/04/2012

Merci de votre présentation, Pablito.

Pour m'être déjà fait traiter alternativement de "communiste" par des libéraux économiques et de "facho" par des "libéraux libertaires" (Michel Clouscard), voire de "raciste" par les deux, je suis parfaitement imperméable aux éventuelles critiques des manipulateurs de l'identité et de l'antiracisme.

Au nom du libre-échange, le grand patronat promeut l'immigration indo-européenne comme outil de déflation salariale.

Au nom de l'internationalisme et des "principes républicains", la pseudo-gauche ne défend pas les travailleurs français "de souche" contre cette agression, bien au contraire, comme de plus en plus de voix à gauche le dénoncent :

http://verslarevolution.hautetfort.com/archive/2012/04/08/la-gauche-coupee-du-peuple.html

En réalité, qu'en est-il des fameux principes des uns et des autres ?

Pour les premiers, il ne s'agit évidemment que de profit.

Pour les seconds, on me dira peut-être qu'il faut bien respecter l'article 1er de la Constitution ("La France est une République indivisible, laïque, démocratique et sociale. Elle assure l'égalité devant la loi de tous les citoyens sans distinction d'origine, de race ou de religion. Elle respecte toutes les croyances.", etc.).

Oui, sauf que ce texte, non seulement n'incite mais encore n'oblige, en rien (aucun texte constitutionnel dans l'Histoire de France ne l'a jamais fait), à laisser immigrer pléthoriquement des allogènes. Il est aujourd'hui vidé de son sens, tant par pléthore d'immigration que par surinterprétation immigrationniste à base idéologique (libérale libertaire).

Cette indiscrimination constitutionnelle est en effet devenue un argument crypto-religieux, dans un sens pas du tout prévu initialement et surtout avec une ampleur non anticipée. Les immigrationnistes y font référence comme les juifs et les chrétiens aux tables de la loi.

Il faut se replacer dans le contexte d'immigration minime de l'époque (1958). La France de de Gaulle n'avait nullement l'intention d'accueillir des millions d'allogènes ! Lequel de Gaulle a d'ailleurs largué l'Algérie pour cela, il suffit de se reporter à ses déclarations :

"C’est très bien qu’il y ait des Français jaunes, des Français noirs, des Français bruns. Ils montrent que la France est ouverte à toutes les races et qu’elle a une vocation universelle. Mais à condition qu’ils restent une petite minorité. Sinon, la France ne serait plus la France. Nous sommes quand même avant tout un peuple européen de race blanche, de culture grecque et latine et de religion chrétienne. Qu'on ne se raconte pas d'histoires ! Les musulmans, vous êtes allés les voir ? Vous les avez regardés avec leurs turbans et leur djellabas ? Vous voyez bien que ce ne sont pas des Français ! Ceux qui prônent l'intégration ont une cervelle de colibri, même s'ils sont très savants. Essayez d'intégrer de l'huile et du vinaigre. Agitez la bouteille. Au bout d'un moment, ils se sépareront de nouveau. Les Arabes sont des Arabes, les Français sont des Français. Vous croyez que le corps français peut absorber dix millions de musulmans, qui demain seront vingt millions et après-demain quarante ? Si nous faisions l'intégration, si tous les Arabes et Berbères d'Algérie étaient considérés comme Français, comment les empêcherait-on de venir s'installer en métropole, alors que le niveau de vie y est tellement plus élevé ? Mon village ne s'appellerait plus Colombey-les-Deux-Églises, mais Colombey-les-Deux-Mosquées !"

(Conversation entre De Gaulle et Alain Peyrefitte le 5 mars 1959 suite aux événements d'Algérie)

http://fr.wikiquote.org/wiki/Charles_de_Gaulle#Citations_rapport.C3.A9es

Une immigration faible, utile et maîtrisée, oui. Mais qui ne menace pas le substrat ethnique autochtone.

Il est, par ailleurs, pour le moins comique de voir aujourd'hui les libéraux libertaires se réclamer de la gauche et notamment de Jules Ferry, qui déclarait :

"il faut dire ouvertement qu'en effet, les races supérieures ont un droit vis-à-vis des races inférieures... Je répète qu'il y a pour les races supérieures un droit, parce qu'il y a un devoir pour elles. Elles ont le devoir de civiliser les races inférieures..."

http://www.fdn.fr/~fjarraud/colonies.htm

Pour ma part, je ne suis nullement "raciste" dans le sens que la propagande et la novlangue donnent à ce mot.

Je ne considère pas qu'aucune "race" (ou une ethnie, peu importe le terme) soit "supérieure" ou "inférieure" à une autre.

Je ne suis pas opposé à une immigration raisonnable et donc numériquement limitée.

En revanche, comme vous le dites Pablito, qu'on veuille nous métisser de force quel que soit le prétexte, voilà qui est intolérable.

De même qu'il est intolérable de nous imposer une immigration-invasion qui ruine les travailleurs français, appauvrit notre pays, interdit l'assimilation et conduit à la multiplication de communautarismes hautement dangereux pour l'unité nationale, la paix civile et l'identité française.

Aucun pays multiethnique ne vit en paix, voyez le Brésil pourtant cité en exemple par les bien-pensants :

http://www.autresbresils.net/spip.php?article65

http://www.autresbresils.net/spip.php?article66

La vraie "diversité", ce n'est pas le vivre-ensemble imposé, c'est le respect de toutes les ethnies, de toutes les cultures et de leur droit à la différence et à l'autodétermination, chacune sur un territoire et non en cohabitation métissolâtre obligatoire.

Si cet ethno-différencialisme est considéré comme une forme de "racisme" par ceux qui veulent forcer ce vivre-ensemble largement rejeté par le peuple français :

http://verslarevolution.hautetfort.com/archive/2011/03/19/lucidite-francaise.html

... eh bien nous en arrivons à des dérives totalitaires comme celles de Sarkozy, de Mélenchon et de tous les autres politiciens français qui s'opposent à la volonté populaire.

2. Boreas (site web) 15/04/2012

"l'immigration indo-européenne"

Il faut lire "extra-europénne", bien sûr !

3. Nationaliste jacobin (site web) 15/04/2012

En ce qui me concerne, j'approuve cet article et les propos de Boreas. Le métissage n'est pas un bien en soi, c'est un fait. Il n'a pas à être encouragé, encore moins à être imposé. Quant à l'immigration, c'est un sujet qui mérite d'être débattu. J'invite chacun à lire le livre de Caldwell sur l'immigration (en particulier musulmane) en France et en Europe. On y lit des choses parfois contestable, mais souvent intéressantes, et en tout cas stimulantes.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

RETOUR A L'ACCUEIL

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×