Sarkozy et Mélenchon, même combat - par Boreas

  • Par arsin
  • Le 15/04/2012

Par Boreas, sur son blog

http://verslarevolution.hautetfort.com

Commentaire de Pablito Waal :

Cet article pourrait choquer certains de nos lecteurs, qui y verraient une dénonciation "identitaire" du métissage. Mais quoi que vous pensiez des opinions de Boreas, arrêtons-nous sur ce point : le discours de J-L. Mélenchon à Marseille est profondément choquant parce qu'il s'est adressé à une partie de la population (les gens originaires du Maghreb) en tant que tels, pas en tant que français.

Quand on prend la défense des "français de souche", en tant que groupe menacé, on est raciste. Quand on drague une minorité ethnique en flattant son histoire, c'est tout aussi ethniciste, mais comme ça va dans le sens du "abolissons les frontières" tout passe. Et bien sûr, on peut sortir les énormités que l'on veut (les maghrébins qui "ont libéré le sol de la partie des nazis" : et pourquoi s'adresser à eux plutôt qu'aux américains, britanniques, canadiens, océaniens, pieds-noirs, subsahariens, polonais, et bien sûr aux gaulois résistants ? Question de clientèle électorale, bien sûr). Et au nom de quoi n'y aurait-il pas d'avenir pour la France sans les maghrébins, plus que sans les ouzbeks, les aborigènes australiens, les inuits ou les aymaras ? Et si une ethnie décidait spontanément d'émigrer hors de France, la France serait-elle moins la France? Non.

Alors, de deux choses l'une : ou bien on admet l'existence des ethnies en France, le droit d'adopter des postures spécifiquement favorables à certaines d'entre elles, et dans ce cas, Marine Le Pen a le droit de se positionner comme défenseure des français de souche sans se faire traiter d'antirépublicaine; soit on reste dans la vision "a-ethnique" de la République, et dans ce cas le discours de Mélenchon n'a pas plus sa place que celui des identitaires européens.

Au nom de quoi doit-on, comme le fit Sarkozy dans une vidéo ci-dessus, fixer des objectifs "ethniques" à la France? Car le "métissage", c'est bien un objectif ethnique, qui suppose que certaines populations, les "métissées" sont plus souhaitables que d'autres "consanguines". Le classement des populations est déjà une forme de racisme. Et face à cette idéologie, la seule réponse, c'est non pas de vanter la consanguinité , l'endogamie ou une quelconque "pureté" identitaire ou ethnique. La réponse, c'est la souveraineté nationale : les peuples se métissent s'ils le veulent, ou pas. Et pour cela, il faut disposer du contrôle de ses frontières.


« Jean-Luc Mélenchon, candidat du Front de gauche à la présidentielle, a estimé samedi à Marseille, pour son troisième meeting en plein air sur la VIe République, que la "chance" de la France était "le métissage", faisant une ode à la Méditerranée. (...)

"Notre chance c'est le métissage", a lancé l'eurodéputé, sous les "youyous", avant de saluer "Arabes et Berbères" par qui sont venus en Europe "la science, les mathématiques ou la médecine" au temps où "l'obscurantisme jetait à terre l'esprit humain". Refusant "l'idée morbide et paranoïaque du choc des civilisations", il a dit sa pensée aux Maghrébins "qui ont libéré le sol de la patrie des nazis". "Les peuples du Maghreb sont nos frères et nos soeurs" et il n'y a "pas d'avenir pour la France sans" eux, a-t-il dit, interrompu par les "tous ensemble, tous ensemble !" »

Source

RETOUR A L'ACCUEIL

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site