Soumission à l’autorité - par le Cercle des Volontaires

  • Par arsin
  • Le 23/08/2013
  • Commentaires (0)

Par le Cercle des Volontaires, sur leur site

Commentaire de Pablito Waal : encore un article du Cercle des Volontaires, taxés de "fascistes" par le "brillant" site Indymedia. Pour les connaître personnellement, les membres du Cercle savent que je ne partage pas toutes leurs positions. Mais les commentaires sur "comment osez-vous publier les articles d'un tel groupe?" venant de gens pas très bien informés, montrent surtout leur promptitude aux amalgames et la vacuité de leurs analyses.

Selon vous, quelle est la part d’individus capables d’attribuer à leur victime une décharge mortelle sous la demande d’une autorité socialement reconnue (en l’occurrence ici celle du scientifique) ?

C’est la question que Stanley Milgram posa à plus d’une centaine de personnes, comprenant nombre de psychiatres. La réponse fut catégorique : seuls des déséquilibrés et des personnalités pathologiques en seraient capable ! Au delà d’un certain seuil de douleur administrée, la désobéissance l’emporterait inévitablement ! Et pourquoi ne le penseraient-ils pas ? Les gens normaux ne sont-ils pas répugnés à l’idée de faire souffrir un semblable ? De plus, le fait que la désobéissance ne soit pas suivie de punitions, ne laisse-t-il pas les sujets maîtres de leurs actes ? Et enfin, si chaque décision résulte d’un choix raisonné basé sur un système de valeurs, l’immoralité de l’acte ne devrait-il pas pousser au refus d’obéir ?
Et pourtant, cette triple croyance fut mise à mal par les résultats de cette expérience :  plus de six personnes sur dix furent capables d’obéir à un ordre contraire à leurs plus profondes règles morales ! Les résultats de cette expérience surprirent le milieu scientifique, à commencer par Milgram lui-même ! Comment expliquer une obéissance aussi aveugle ?

Stanley Milgram, né aux États-Unis en 1933, est issu d’une famille modeste de juifs immigrés originaire de l’Europe de l’Est. Après un doctorat consacré au « caractère national » obtenu à Harvard, il fut nommé professeur assistant à l’université de Yale. L’idée de sa recherche germa lorsqu’il assista en 1960, le chercheur Solomon Asch, pionnier de la psychologie sociale et spécialiste des attitudes dites conformistes. L’une des principales motivations de Milgram fut de comprendre les causes déterminantes de l’extermination des juifs lors de la Seconde Guerre mondiale.

Un protocole expérimental théâtral réussi

Une mise en scène qui ne laisse rien au hasard : chaque sujet est recruté au volontariat, à travers différentes petites annonces dans le journal local ou par courrier. La recherche scientifique est présentée comme une étude portant « soi-disant » sur la mémoire. Un dédommagement horaire très supérieur au salaire minimum leur sera proposé. Toutes les procédures sont soigneusement pensées, les scripts des acteurs rédigés, les cris de la victime préenregistrés, la machine factice, mais pour le moins réaliste, prête à faire illusion.

Trois personnages de la scène :


- Le sujet A est le sujet naïf. En effet, il ignore l’objet réel de l’expérience. Elle leur est présentée comme une étude sur l’apprentissage humain. Ces sujets sont des hommes issus de toutes les catégories socio-professionnelles. Nous l’appellerons « moniteur » à l’avenir.

- Le sujet B, dans le rôle de la victime. Il est présenté au sujet A comme un élève participant à l’expérience. En réalité, il se trouve être le comparse de l’expérimentateur.

- L’expérimentateur, représentant la figure d’autorité. Il fixe le cadre de l’expérience et donne les consignes et ordres d’exécution en cas d’hésitation du sujet A.

Lire la suite sur le site du Cercle des Volontaires

expérience autorité Milgram Harvard électrochoc acteur soumission psychologie

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

RETOUR A L'ACCUEIL

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site