Les Volontaires sur l'Algérie et la Syrie, Berruyer sur les banques

  • Par arsin
  • Le 06/12/2012
  • Commentaires (0)
Réhabilitation de l’État algérien : ils disent quintessence, je dis déliquescence.  - par le Cercle des volontaires
http://www.cercledesvolontaires.fr/
Le terme « pouvoir public » désigne l’ensemble des services chargés de l’administration d’un État, qui peut être définit par un territoire délimité et une population sur laquelle l’autorité exerce son pouvoir. En Algérie, si le territoire et la population sont des éléments tangibles, la légitimité de l’État semble discutable tant son autorité est contestée. 
En Algérie, l’Etat a abandonné graduellement ses obligations en matière de respect, de protection et de garantie des libertés et des droits envers ses citoyens, et ce au profit des lobbys. Son autorité est bafouée quotidiennement. Il est en situation de décrépitude avancée. Pour affirmer une existence qui se réduit comme peau de chagrin, les officiels évoquent ces jours-ci la réhabilitation de l’État. Les Algériens apprirent ce terme du Haut Comité d’Etat (1) instauré en janvier 1992, après la démission du président Chadli Bendjedid. Depuis, cette réhabilitation est devenue synonyme de déliquescence. 
Pour que l’État soit réhabilité, le simple citoyen ne demande que des décisions anodines, naturelles, sans aucune incidence financière, mais dont l’impact sur la vie quotidienne est important. A titre d’exemple nous citons :
La repossession de son espace public
Lire la suite sur le site de le Cercle des volontaires
Par Domi. 
Suite de la première partie : le ressenti des victimes. 
En utilisant récemment l’expression « racisme anti-blancs », Jean-François Copé a suscité un grand nombre de commentaires. Pour les uns il dénonçait un phénomène impossible à nier. Pour les autres l’expression risquait de minimiser le « vrai racisme », celui dont les blancs sont les auteurs, voire de le justifier. 
Lire la suite sur le site de le journal Contrepoints
Lire la suite sur le site de le journal Contrepoints
[Reprise] La réforme des banques est taillée en pièces sous la pression du lobby bancaire - par Olivier Berruyer
http://www.les-crises.fr/
Un excellent article de Médiapart, d’utilité publique, qui pointe bien l’importance de faire du buzz sur ce sujet. 
Nous allons donc nous en charger… ;)
Il n’y aura pas de “Glass-Steagall Act” en France. Il n’y aura pas de séparation entre les banques de dépôts et les banques d’investissement. Jeudi dernier, le ministre des finances, Pierre Moscovici, a présenté devant la communauté financière, réunie à l’occasion d’un colloque organisé par l’autorité des marchés financiers, les premières lignes du projet de loi bancaire. 
Le texte doit être discuté en conseil des ministres le 19 décembre. S’il n’est pas totalement arrêté, les grandes lignes en sont esquissées. Contrairement aux engagements pris pendant la campagne, le gouvernement n’a pas le dessein d’imposer une rupture franche dans les activités bancaires mais plutôt de coudre aux petits points un texte qui ne devrait pas trop bousculer le système bancaire français. 
Lire la suite sur le site de Olivier Berruyer
Ismaël Boudjekada défend le revenu de base - par le Cercle des volontaires
http://www.cercledesvolontaires.fr/
Ismaël Boudjekada, jeune Président du Mouvement pour l’Eveil National, nous a invité à l’Assemblée Nationale pour discuter de son programme et de ses mesures économiques. Les grandes formations politiques avaient été conviées au rendez-vous, mais seul Louis Alliot du Front National a fait le déplacement. 
Le Président du Mouv-en a notamment tenté d’alerter les politiques au sujet du revenu de base, qu’il expose brièvement dans cette interview. 
Et vous, qu’en pensez-vous ?

Lire la suite sur le site de le Cercle des volontaires

Entretien avec Bahar Kimyongür : Le conflit syrien, quelles perspectives ? - par le Cercle des volontaires
http://www.cercledesvolontaires.fr/
Bahar Kimyongür est un militant belge originaire de la région turque d’Antioche, à la frontière syrienne. Il est membre du « Comité pour la liberté d’expression et d’association » (CLEA) et d’Attac-Bruxelles. Ce passionné de la Syrie publie en 2011 « Syriana, la conquête continue », une analyse du conflit naissant. Le Cercle des Volontaires l’a rencontré ce 25 novembre 2012, à l’occasion du grand débat bruxellois dans lequel il s’exprimait aux côtés de Michel Collon, Jean Bricmont et Ayssar Midani. Au cours de cet interview, il abordera notamment les causes de la crise syrienne ainsi que le rôle joué par les différents pays arabes et occidentaux, avant d’évoquer les perspectives d’avenir pour le pays et les pistes de solutions pour sortir du chaos. 
Entretien par Anass E. I. & Louis Maréchal. 
Dans l’état actuel des choses, peut-on parler d’ingérence dans le conflit syrien ? Qui s’ingère et dans quels intérêts ?
La Syrie est clairement le théâtre d’une guerre par procuration dans laquelle plusieurs puissances se disputent sa conquête. Dans un camp, on retrouve les États-Unis qui essayent d’avoir la mainmise sur le pays, et ce depuis sa création. Ils sont plus ou moins aidés par la France, ancienne puissance mandataire qui a colonisé la Syrie entre 1920 et 1946. Ensuite, il y a les pétromonarchies du Golfe qui, pour des raisons plutôt idéologiques, sont en guerre contre une Syrie laïque, multiconfessionnelle, baasiste et nationaliste, qui est historiquement liée à l’Union Soviétique, à la Russie et par conséquent aux non-alignés. On peut aussi mentionner la Grande-Bretagne qui joue, elle aussi, une carte importante. On a donc affaire à une guerre que se livrent deux camps totalement antagoniques avec d’une part une sorte d’alliance entre des régimes moyenâgeux et des États capitalistes avancés qui étaient anciennement des empires coloniaux. 
Lire la suite sur le site de le Cercle des volontaires
Débat du M’PEP sur les médias libres (Vivas, Lévy, Boistel) - par le Cercle des volontaires
http://www.cercledesvolontaires.fr/
Le M’PEP organisait, lors de son Université d’Automne 2012, un débat sur les médias libres avec :
- Maxime Vivas (Le Grand Soir)
- Pierre Lévy (Bastille République Nation)
- Sébastien Boistel (Le Ravi)
Lire la suite sur le site de le Cercle des volontaires
[Reprise] Couper les banques en deux, d’accord, mais comment ?, par ASI - par Olivier Berruyer
http://www.les-crises.fr/
Suite de notre série sur le torpillage par les mégabanques de la réforme bancaire qui nous a été promise…
Aujourd’hui, un excellent article d’Anne-Sophie Jacques pour Arrêt sur Images – honneur du journalisme à mon sens…
Regardez bien la vidéo de Stiglitz suivi de la réaction de Moscovici (et le script). C’est incroyable de pure bêtise…
Et l’aveu est cinglant : “La réforme, je la prépare avec les banquiers (sic. – tout est dit), avec les autorités de marché, avec les autorités de contrôle prudentiel, avec les syndicats…”. Voici pourquoi la réforme sera loupée…
Lire la suite sur le site de Olivier Berruyer
La décomposition de l’UMP - par Olivier Berruyer
http://www.les-crises.fr/
Durant la poursuite de la tragi-comédie UMPique (nouvel épisode de la décomposition politique illustrant le fait que la Ve République est probablement en train de mourir sous nos yeux, cette Crise allant sans doute être l’équivalent de la Guerre d’Algérie pour la IVe…), je vous propose ces deux interviews prémonitoires de l’historien Michel Winock, spécialiste des droites françaises, réalisées en juin et juillet 2012. 
Que reste-t-il maintenant du gaullisme à l’UMP ?
INTERVIEW – Historien français spécialiste de l’histoire de la République française, Michel Winock a publié au début de l’année La droite, hier et aujourd’hui. Pour leJDD. fr, il analyse la stratégie du ‘ni-ni” choisie par l’UMP en vue du second tour des législatives. Et s’interroge sur les relations entre la droite républicaine et l’extrême droite. 
L’UMP a choisi de maintenir ses candidats partout, et de n’appeler à voter ni pour le FN, ni pour le PS, contrairement au Parti socialiste. Est-ce une surprise?
Lire la suite sur le site de Olivier Berruyer
[Séparation des banques] Victoire : le projet de loi du gouvernement s’attaque enfin à la finance ! ! !  - par Olivier Berruyer
http://www.les-crises.fr/
Meuuuuuh non, je plaisante ! Sérieusement, vous n’y avez pas cru, quand même ???? On n’est pas dans les années 1930, et nous sommes en France enfin… La réforme a été vidée de sa substance en raison du lobbying des banquiers ; notre épargne ne sera pas protégée…
Alors en un mot – j’y reviendrai longuement dans quelques jours, avec plus d’arguments. 
I. Pourquoi scinder les banques ?
L’idée générale avancée est de scinder dans des structures juridiques différentes, séparées dans des groupes différents, les activités de banque de dépôts (et de crédit) et de banque d’investissement. 
Lire la suite sur le site de Olivier Berruyer

finance Glass-Steagall Kimyongur Algérie Syrie UMP banques ProBasharConflitsyrienantiingerence ProBasharConflitsyrienCrimesASL

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

RETOUR A L'ACCUEIL

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×