Tous enfarinés comme des boeufs ? - par Yohann Duval et Descartes

  • Par arsin
  • Le 22/02/2013
  • Commentaires (0)

Note de Pablito Waal : je publie deux articles qui se contredisent mutuellement, sur deux blogs qui ne sont pourtant pas opposés sur l'essentiel de leurs opinions... L'ordre de publication n'est pas innocent sur l'opinion que je me fais de l'affaire, l'avis de Descartes me semblant le plus posé (comme souvent). farines.jpg

Farines animales, lasagnes de cheval : les délices néolibéraux de l'UE - par Yohann Duval

Suivez le boeuf - par Descartes

Farines animales, lasagnes de cheval : les délices néolibéraux de l'UE - par Yohann Duval

La Commission européenne vient d'autoriser l'utilisation de farines animales. En dépit de l'opposition de la France, Bruxelles a annoncé le 14 Février que les poissons d'élevage pourraient à nouveau être nourris avec des farines de porcs et de volailles à compter du 1er juin.

Un joli cadeau de Saint-Valentin à tous les amoureux de l'Union Européenne, qui n'avaient peut-être pas saisi tous les risques encourus par notre pays lorsqu'il devient minoritaire sur des sujets aussi importants.

Les dérives mercantiles et immorales du marché néolibéral ont été mises en évidence par le triste épisode des lasagnes de cheval. La mention "origine Union Européenne" permet toutes les dérives dans un marché où règnent libre circulation et concurrence libre et non faussée et il aura fallu attendre ce scandale pour voir les choses bouger.

 

Lire la suite sur le blog de Yohann Duval

 

Suivez le boeuf - par Descartes

Le récent scandale du cheval devenu bœuf par la magie d’un jeu d’écritures a de quoi faire sourire. Ou du moins il pourrait faire sourire si l’on ne retrouvait pas dans cette affaire la logique cent fois répétée de l’indignation gratuite et largement déconnectée de la réalité. Guy Béart dénonçait en son temps cette société du spectacle qui cachait le sang « sous la soie des papiers des mariages princiers ». Aujourd’hui, un scandale somme toute banal donne le prétexte pour occuper l’essentiel de nos informations télévisées et la une des journaux et reléguer des sujets aussi secondaires que la crise ou le chômage aux pages intérieures.

Car les faits du scandale sont en eux mêmes tellement banaux qu’ils ne méritaient certainement pas un tel déferlement. Pensez-y : de la viande de cheval a été vendue pour du bœuf. En fait, une banale tromperie sur la marchandise, tromperie aussi ancienne que le commerce lui même. Les auteurs grecs parlent déjà de la tendance de certains marchands à couper le vin ou le lait avec de l’eau pour augmenter leurs profits. Sans parler de ce pauvre Archimède, qui invente la première méthode de contrôle non destructif de l’histoire pour prouver que la couronne fabriquée pour Hiéron II, tyran de Syracuse, était bien en or pur, et non dans un alliage de moindre valeur. On pourrait donner des exemples, de ce genre de procédés dans toutes les époques. Depuis que le monde est monde les marchands ont cherché à faire passer des marchandises médiocres pour des marchandises de prix. Et cela n'a absolument rien à voir avec la mondialisation.

Lire la suite sur le blog de Descartes

néolibéralisme mondialisation UE findus spanghero lasagnes cheval farines animales

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

RETOUR A L'ACCUEIL

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site