Vers une "véritable Union économique et monétaire": une fédération peut être? - par Magali Pernin

  • Par arsin
  • Le 29/06/2012
  • Commentaires (0)

Par Magali Pernin, sur Contre la Cour

http://contrelacour.over-blog.frchutt.jpg

« Il n’y aura pas de mutualisation totale des dettes en Europe tant que je serai en vie»

La déclaration date d'hier et peut se laisser à imaginer la réaction d'Angela Merkel à la lecture du projet signé Herman Van Rompuy: « Vers une véritable Union économique et monétaire ».

En effet, mardi dernier, le Président du Conseil européen a remis aux 27 États membres de l'UE un document de travail relatif à l'intégration de l'Union politique.

Oui, politique. Car si le mot « fédéralisme » n'est pas employé, c'est bien de cela qu'il s'agit.

 

 « Je ne vais pas prononcer le mot qui commence par F et qui finit par AL, mais c'est un saut de cet ordre que nous proposons »

Un fonctionnaire européen, selon Euractiv

 

Ce document, élaboré conjointement avec le Président de la Commission européenne, le Président de l'eurogroupe et le Président de la BCE, est discuté par les dirigeants européens dans le cadre du Sommet des 28 et 29 juin.

L'objectif est de fixer des pistes concrètes permettant aux rédacteurs de proposer au Conseil européen de décembre 2012 une feuille de route précise pour la réalisation d'une véritable Union économique et monétaire. Un rapport intermédiaire pourrait être présenté en octobre prochain.

 

 

Depuis plusieurs semaines, alors que les dirigeants s'évertuent à tenter de maintenir un semblant de consensus européen, les citoyens européens assistent à une bataille en coulisse dont ils ne perçoivent que des brides.

"Pas d'eurobonds sans coordination budgétaire et économique!" crie Madame Merkel! "La solidarité financière doit accompagner l'intégration politique" lui répond François Hollande. Bref, c'est le serpent qui se mord la queue.

 

La chancelière sait qu'elle ne convaincra jamais sa majorité à s'engager sur une garantie des dettes européennes sans un renforcement significatif de la gouvernance économique.

Le Président sait, lui, que ce transfert de souveraineté ne sera pas accepté en France sans la croissance en contrepartie.

 

« Comment imaginez-vous faire accepter par les peuples d’Europe davantage d’intégration, davantage de fédéralisme, alors qu’ils ne voient venir de ce pouvoir fédéral que de l’austérité et de la saignée ? »
Source : EurActiv

Or, si François Hollande n'a pas véritablement réussi à infléchir la rigueur allemande et à imposer ses propositions en matière de croissance, on peut néanmoins constater que son élection a semble-t-il décomplexé un certain nombre d'acteurs qui n'hésitent plus désormais à réclamer, agenda à main, que l'on parle enfin de mutualisation de la dette.

 

La suite sur Contre la Cour

France euro Hollande Allemagne Merkel fédéralisme Rompuy mutualisation dettes Union Européenne

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

RETOUR A L'ACCUEIL

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×