Vis ma vie ... de communiste au meeting de Mélenchon - par Tomgu

  • Par arsin
  • Le 26/08/2012
  • Commentaires (0)

Par Tomgu, sur son blog

http://lactualite.over-blog.com

assange-melenchon.png

Après avoir assisté au meeting de François Bayrou il y a de cela quelques mois, j'ai décidé de renouveler l'expérience en me rendant sur le campus de Saint Martin d'Hères (Isère) afin d'écouter Jean-Luc Mélenchon qui venait conclure les universités d'été du Parti de Gauche (Remue-Méninges).

Si j'avais déjà entendu l'ancien candidat à la présidentielle, notamment au Forum Libération de Grenoble, j'avais vraiment envie d'assister à ce discours pour "voir de l'intérieur" la réalité du Front de Gauche. Car le contexte est clairement différent entre un débat dans une salle de spectacle et un meeting devant des militants sur une place publique.

Voici donc ma plongée parmi les cocos de l'Isère et d'ailleurs.

Pour être honnête, je m'attendais, préjugés sur l'extrême gauche oblige, à me retrouver au milieu de hippies et autres babas cool. Rien de cela en réalité, ou alors de manière très marginale. A l'inverse, j'ai retrouvé une foule plutôt nombreuse pour une après-midi du mois d'août. Foule qui était également, je trouve, assez représentative de la population notamment en termes de pyramide des âges avec une quantité non négligeable de jeunes. Et surtout, ce qui m'a grandement surpris, c'est l'importante logistique dont dispose le Front de Gauche. Sono, scène, caméras, service d'ordre ... on est loin des modestes meetings de Debout la République. Mélenchon peut d'ailleurs remercier chaleureusement le PCF qui lui a amené son expérience de tels rassemblements ainsi que sa base militante.

 

Bien que je l'ai déjà dit à plusieurs reprises sur ce blog, je réaffirme que Mélenchon est un grand orateur. Un tribun hors pair comme je les aime et comme on n'en fait plus, malheureusement. Pour autant, et à mon grand regret d'ailleurs, je n'ai pas trouvé que le camarade Jean-Luc ait particulièrement brillé. Certes l'auditoire était plus que satisfait mais il est toujours facile devant des convaincus ...

 

Pour ma part, j'estime que ce discours a brillé par sa vacuité et je suis donc ressorti quelque peu déçu par cette prestation. Mon grand regret : beaucoup trop de lyrisme et pas assez de concret. Pour tout dire, j'ai même trouvé le coprésident du Parti de Gauche de mauvaise foi à plusieurs reprises, recourant à des facilités de mauvais goût.

Deux exemples pour illustrer cela. Tout d'abord, Mélenchon nous a vanté les mérites des gouvernements sud-américains en avançant des chiffres impressionnants sur la réduction de la pauvreté ou l'augmentation de l'alphabétisation. Or le problème est qu'il a rapproché ces résultats avec ceux de nos gouvernements en France. Pour moi, il s'agit là d'une grande malhonnêteté intellectuelle dans la mesure où les comparaisons ne sont pas possibles. Ces pays connaissent actuellement une émergence économique qui profite à sa population notamment en raison de l'exploitation de matières premières. Or notre pays a connu de telles évolutions il y a des dizaines et des dizaines d'années en arrière.

Ensuite, Mélenchon nous a expliqué que ce sont les crises économiques qui ont conduit aux guerres de 1914 et 1939. Par analogie, celui-ci estime qu'une nouvelle guerre est possible si la situation économique mondiale ne s'améliore pas. Evidemment, cette vision de l'Histoire permet d'appuyer ses propos mais je la trouve tout à fait parcellaire et incomplète, pour ne pas dire mensongère. Si l'économie a certes joué un rôle dans les prémices de ces conflits mondiaux, celle-ci n'en constitue pas la seule et unique raison.

 

Mais laissons de côté ces considérations de pure politique politicienne qui visent à fédérer les militants. D'autant plus que je pourrais en ajouter d'autres (petites phrases, attaques contre le PS, l'UMP et EELV ...). Je me préfère revenir sur trois points qui m'ont particulièrement marqués au cours de ces deux heures de discours.

En premier lieu, je souhaite revenir quelques instants sur cet internationalisme latent qui est caractéristique de l'extrême gauche. C'est d'ailleurs là un point de désaccord important avec le Front de Gauche en particulier et avec la gauche au sens large. Tout au long de son intervention, Jean-Luc Mélenchon a fait référence à l'Amérique du Sud en la présentant comme un modèle. Il n'a cessé de faire référence à des pays étrangers ... mais n'a finalement que peu parlé de la France en tant qu'entité propre. Et c'est justement ce rejet de la nation que je regrette. Une fois pour toute, patriotisme n'est pas synonyme de nationalisme. Comme le disait le général de Gaulle : "le patriotisme c'est aimer son pays, le nationalisme c'est détester celui des autres." Or je suis convaincu que c'est par la nation que viendra le salut de notre pays. A l'inverse, rien n'est à attendre de ces instances supranationales et antidémocratiques telles que l'UE, l'OMC ou le FMI, si ce n'est toujours plus de libéralisme et d'austérité.

 

Ensuite, et c'est un évènement qui a été largement repris par les médias, j'ai été interloqué par la conversation téléphonique avec Julian Assange, le fondateur de Wikileaks. Pour rappel, Assange est actuellement réfugié à l'ambassade de l'Equateur à Londres suite à un mandat d'arrêt émis par la justice suédoise en lien avec des accusations d'agression sexuelle. Par cette communication, Mélenchon réalise certes un coup médiatique mais apporte également un franc soutien à Julian Assange.

Personnellement, je suis assez réservé sur ce genre de "manifestation". En effet, il s'avère que cette affaire n'est pas très claire avec des coïncidences plus qu'étonnantes. Voila pourquoi je crois qu'il faut faire preuve de prudence en ne s'avançant pas trop sur le sujet. S'agissant du fond, je crois qu'il est légitime que Julian Assange s'explique devant la Justice de son pays comme n'importe quel citoyen. Par ailleurs, je ne crois pas que la diffusion de télégrammes diplomatiques soit une bonne chose. Au contraire, la diplomatie nécessite un certain secret qui doit donc perdurer pour protéger les intérêts des nations. Méfions de cette recherche de la transparence à tout prix car celle-ci pourrait nous conduire, à terme, à supprimer toute intimité de la vie privée.

 

Enfin, il a été question pendant quelques minutes du traité européen qui doit être ratifié par la France. Si le thème a été effectivement abordé, je regrette que cela soit fait vers la fin du discours et de manière trop courte à mon goût. Cela est d'autant plus dommageable qu'il existe dans notre pays une importante propagande européiste dans la plupart des "médias traditionnels". Heureusement qu'internet est encore un espace de liberté qui permet d'exprimer, malgré une volonté de contrôle accru, des opinions divergentes et d'informer les gens de ce qui se trame dans leur dos.

Une fois encore, comme avec le traité de Lisbonne, nos dirigeants souhaitent faire adopter en catimini un texte qui réduit toujours plus la souveraineté de notre pays en limitant nos marges de manoeuvre budgétaire (déficit limité à 0,5 % du PIB) et en donnant toujours plus de pouvoirs à ces instances non élues (sanctions automatiques en cas de non respect de cette limite). A juste titre, Jean-Luc Mélenchon, comme Nicolas Dupont-Aignan d'ailleurs, appelle le gouvernement à soumettre ce texte à référendum. Bien évidemment je ne peux qu'approuver et soutenir cette demande car il me semble on ne peut plus normal que le peuple français s'exprime sur des sujets aussi importants.

 

Alors finalement que retenir de cette immersion dans la sphère coco ?

En réalité, pas grand chose de nouveau. Comme dans tous les meetings, il existe un certain fanatisme que je déplore. Mélenchon, à l'image d'autres leaders politiques cède peu à peu à la pression des médias en enchaînant bons mots et petites phrases. Si la forme est toujours au rendez-vous, le fond m'a semblé un peu faiblard hier soir.

En revanche j'ai pu constater que, malgré un nombre d'adhérents en baisse constante depuis des années, le Parti Communiste reste une véritable machine de guerre qui a cette capacité à être présent massivement sur le terrain, au contact de la population.

 

Je finirai par une image qui m'a fait sourire à la fin du meeting. Suite à son discours, Jean-Luc Mélenchon a invité sur scènes les représentants de toutes les composantes du Front de Gauche. Nous nous sommes donc retrouvés face à une multitude de chefs de groupuscules  mouvements d'extrême gauche qui m'a fait penser à une armée mexicaine. Et c'est justement ce que je reproche à Mélenchon et à son parti. Je trouve dommage de s'enfermer dans un sectarisme qui conduit à rejeter celui ou celle qui n'est pas de gauche. Je le répète à nouveau mais le clivage gauche/droite n'est plus aujourd'hui le principal. Il s'agit d'un référentiel erroné, dépassé qui a été remplacé par une opposition entre souverainistes et mondialistes.

C'est en ces termes qu'il faut maintenant raisonné camarade Jean-Luc. Car, que tu le veuilles ou non, le PS ne vaut guère mieux que l'UMP. Comme disait Philippe Séguin : "le PS et l'UMP sont des détaillants qui vont se fournir chez le même grossiste, l'europe".

Mélenchon Isère meeting communiste militante Front gauche austérité Assange souverainiste

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

RETOUR A L'ACCUEIL

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×