Qu'est-ce que l'ARSIN ?

Qu'est-ce que l'ARSIN ?

 

Qui sommes-nous ?

 

L'Association de Réflexion et de Solutions pour l'Intérêt National (ARSIN) est un site de débat.

Il a été créée par des militants de gauche, hostiles au capitalisme et  conscients qu'un changement de société ne peut se faire que dans une nation souveraine, et non par une mythique révolution universelle abolissant les frontières et les patries.

Ce site est un site collectif destiné au débat sur les questions de souveraineté nationale et du progrès social. 

 

Quelles sont nos actions ?



- faire des concours d’articles, avec un règlement déposé devant huissier, une récompense de l’ordre de 150 euros attribuée tous les mois au meilleur article proposé par qui que ce soit à l’association ;

- tenir un forum pour organiser ledit concours, avec des membres inscrits, et où les membres de l’association auraient un droit de véto pour filtrer les textes proposés afin de maintenir la cohérence politique ;

- proposer aussi à des nouveaux auteurs de lire leurs textes, de les discuter sur forum et de les corriger s’il y a lieu ;

- d’organiser des conférences, par exemple avec les auteurs récompensés et diffusés. Nous aurions des possibilités pour en organiser en PACA (vers Toulon), et souhaiterions trouver des salles en Ile-de-France.

Donc en clair, l’ARSIN, ce sont nos concours d’articles, notre forum, et un complément à l’autoédition pour assurer la diffusion d’auteurs qui en vaudraient la peine, et qui leur permettrait à l’avenir d’être plus intéressants pour l’édition classique.



Pourquoi ?

 

Pour faire réellement de la politique autrement. Cette association de diffusion d’idées inverse le fonctionnement pratiqué dans les partis. Au lieu d’avoir une ligne et des décisions centralisées, et un effacement de l’individu derrière la structure, nous mettons en place une organisation dont le principe même serait de stimuler les gens pour qu’ils avancent leurs idées. Et pas juste pour parler gratuitement mais avec des conséquences concrètes (les concours d’articles avec récompenses signifient non seulement des débats mais aussi des votes). Et de faire émerger des personnalités, des gens qui sauront s’exprimer, auront gagné en confiance et n’auront pas l’impression d’avoir perdu leur temps comme c’est trop souvent le cas des militants des « vrais » partis.

 

Les membres de l'ARSIN

 

 


 


Commentaires (7)

1. forrester (site web) 24/09/2011

bonjour

Tout à fait d accord avec votre objectif. Je voudrais préciser un pointqui me semble capital.Je ne vois pas très bien comment on peut être pour l'indépendance de la France et pour l'immigration de peuplement et sa conséquence le communautarisme . Dati, Yade, Sebagg, Sopo, Aounit et des milliers d autres de cette nouvelle bourgeoisie issue de l'immigration brûlent d'obtenir des postes , des honneurs et le reste dans l appareil d'état. Ces nouvelles bourgeoisies communautaires rassemblent sur des bases raciales ( noirs cf le cran) ou ethniques ( arabes) nationales (algérie, tunisie, maroc) ou religieuses ( islam)
Pour accroitre son influencela cette nouvelle bourgeoisie réclamera toujours plus d'immigration à l instar de la commission européenne qui en demande 50 millions de plus en europe. La lutter pour l’indépendance nationale est un des buts du mouvement communiste partout dans le monde afin d épurer la situation de confusion engendrée par le double pouvoir colonisateur/ bourgeoisie locale complice.
Et cela afin de clarifier les antagonistes de classes ce que le communautarisme obscurcit au profit des solidarités communautaires
L immigration fait reculer cette prise de conscience de l antagonisme bourgeoisie prolétariat idem pour le féminisme d ailleurs qui fait passer le conflit entre les sexes avant celui entre les classes. Idem pour le soit disant conflit des générations . Les ravages économiques et sociaux causés par l immigration font fuir les travailleur des partis de gauche traditionnels en raison de leur ambiguïté .Les représentants de la classe ouvrière n'ont pas à se laisser intimider par la reprise de la dynastie Le Pen du thème de l immigration et l amalgame que font toutes les canailles politiques entre elle et nous pour discréditer notre refus de cette délocalisation de « chair humaine ». Le pouvoir des banquiers et des politiciens immigrationistes voilà l'ennemi des peuples, ( travailleurs immigrés compris) dont nous sommes solidaires quand chez nous ils luttent avec leurs camarades contre l exploitation capitaliste !

2. Sprikritik 22/12/2011

Quelle est votre définition de démocrate et de républicain ?

Si vous opposez ces termes à fasciste et royaliste, je veux bien, mais à part çà ?

Souverainiste, d'accord, mais socialiste ?

Un vote majoritaire est-il forcément bon pour l'intérêt général ?

A défaut de 75 % et plus, 66 % n'est-il pas un minimum ?

3. 23/12/2011

Bonjour,

nous sommes démocrates au sens où nous pensons que c'est l'ensemble des citoyens constituant la nation qui doit décider de qui dispose des pouvoirs législatif et exécutifs, et surtout lui seul doit disposer de sa souveraineté.
Nous sommes républicains au sens où le but premier de l'action politique doit être l'intérêt général, c'est-à-dire l'intérêt du plus grand nombre sur le plus de temps possible (on ne peut sacrifier le futur au présent), et dans le respect, tant que possible, des droits élémentaires de chacun (on n'a pas le droit de sacrifier complètement une minorité pour procurer des avantages dispensables à la majorité). Cela implique que l'action du pouvoir ne doit pas être de répondre à des demandes catégorielles mais bien à l'intérêt public, et donc que les droits et les devoirs restent les mêmes pour tous les citoyens, et non variables d'une "communauté" à l'autre. Les seules inégalités légales acceptables sont celles qui favorisent l'intérêt public.

Nous sommes socialistes au sens où nous défendons un modèle économique où les moyens de production sont sous le contrôle de la collectivité, c'est-à-dire pas forcément de l'Etat, mais d'associations regroupant le plus grand nombre de personnes concernées par une activité productrice ou redistributrice, et fonctionnant sur le principe de "une personne = une voix" et non "une action = une voix".

En effet, un vote majoritaire n'est pas en soi une garantie de lucidité. Mais le peuple est encore le mieux à même de constater les erreurs qu'il a pu commettre et de les corriger, plutôt qu'un cercle restreint d'élites décidant à sa place. Plutôt que des seuils minimaux de vote qui rendraient toujours plus compliquée la prise de décision, il faudrait voir si d'autres modes de décision sont intéressants. Certains ont proposé le tirage au sort, mais c'est assez insatisfaisant (cf. dans nos contributions). Il y a peut-être d'autres modèles, ce dont nous parlerons plus tard sur ce site.

4. Philippe W. 30/01/2012

"-Nous sommes démocrates et républicains, et ne prônons pas la violence ;
[...]
Le premier point serait obligatoire pour tout contributeur au site."
Je suis démocrate, républicain et je ne prône pas la violence (quoi que, si la situation l'exige, je pourrais la prôner, mais c'est loin d'être le cas actuellement), mais je ne vois pas pourquoi un article d'un royaliste, par exemple, ne pourrait pas être accepté sur le site, ce n'est pas parce que l'on n'est pas d'accord sur un point qu'il n'y a aucun point de convergence, j'imagine très bien, pour rester sur cet exemple, un royaliste écrivant un article sur la sortie de l'Union Européenne, article qui pourrait être intéressant, voir donner un nouvel éclairage sur la question.
Est-ce vraiment de l'ouverture que d'imposer la fermeture à d'autres courants de pensé?

5. 30/01/2012

Bonjour,

dans la réalité, si vous suivez notre site, vous verrez qu'un de nos contributeurs, Michel Baran, est royaliste, ou plus exactement partisan d'un royaume de France référendaire et socialiste. Dans "nous sommes démocrates et républicains, et ne prônons pas la violence", ce sont surtout les points "démocrate" et "non-violent" sur lesquels nous sommes intransigeants. Mais si nous recevons une contribution d'un royaliste qui entend démontrer de façon construite la pertinence de ses idées, pas de souci, nous le commenterons.
Mais encore faut-il décrire les choses dans leur complexité : il y a monarchistes démocrates et non-démocrates, et il y a des monarchistes ...républicains (qui voient en le roi le défenseur de la chose commune, res publica) comme Jean Bodin, auteur des six livres de la République au 16ème siècle...

6. Philippe W. 31/01/2012

Merci pour votre réponse. Je n'ai en effet pas encore eu le temps de parcourir votre site de façon approfondie, ce que je prendrai le temps de faire petit à petit.

7. charlestrojani (site web) 03/06/2014

Bonjour,

un changement de société ne peut se faire que dans une nation souveraine, et non par une mythique révolution universelle abolissant les frontières et les patries.

Exacte !

Réformer l'État secret, c'est maintenant ? a été publié par le revue parlementaire en 2012.
Les anti-libéraux évoquent l'1-dividu alors que les libéraux évoquent l'Un-dividu pour nommer l'e-citoyen patient en télémédecine dans la cité bionumérique.

Selon vous quelle part de souveraineté est octroyée aux e-citoyens ?

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

RETOUR A L'ACCUEIL

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×